Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Hautes écoles : Place à l’élitisme ?

Avenir suisse, réservoir d’idées financé par les milieux économiques, est visiblement satisfait du tollé provoqué par ses propositions ultralibérales d’augmenter les taxes universitaires et de remplacer les bourses d’études par des prêts (voir DP n° 1589). Il revient maintenant avec des propositions pour modeler le paysage universitaire suisse à la mesure de ses mécènes.

Une formation à trois vitesses
Il s’agit de classer les hautes écoles en trois catégories. Les hautes écoles de «niveau international» auraient droit à la majeure partie du financement, pourraient faire de la recherche de pointe et sélectionner leurs étudiants comme bon leur semble (par exemple par des écolages prohibitifs). Les hautes écoles de «niveau européen» auraient le droit de délivrer quelques masters, exceptionnellement de former des docteurs et faire un peu de recherche. Quant aux étudiants des hautes écoles «régionales», ils n’auraient accès ni à la recherche, ni aux masters, titre pourtant appelé à remplacer la licence actuelle.
Le projet d’avenir suisse prévoit une intensification de la concurrence entre les universités : c’est aux dépens des autres institutions qu’elles atteindront une «bonne» catégorie et pourront profiter d’un meilleur financement, ce qui pourrait nuire aux velléités de coopération dont les hautes écoles font montre actuellement. La communauté universitaire est sceptique : dans son allocution lors du dies academicus du 24 avril, le recteur de l’université de Zurich a dénoncé les effets pervers de la course à la réputation et de la concurrence acharnée entre chercheurs.
Derrière la proposition louable de pousser les hautes écoles qui jouissent déjà d’une excellente réputation internationale (Ecoles polytechniques fédérales, HEC de Saint-Gall) à s’améliorer encore, se cache surtout la volonté de bénéficier d’une formation de pointe sans en payer le prix. En réservant la majorité du financement à un petit nombre d’institutions, avenir suisse admet vouloir réduire les subventions aux autres hautes écoles et donc la qualité de leur enseignement et de leur recherche. Pourtant, chaque université, même parmi les plus petites, possède un ou plusieurs instituts ou facultés à la réputation mondialement établie (par exemple la faculté lausannoise de théologie).

L’excellence interdite
Parquer les universités dans des catégories où elles ne pourraient presque plus proposer doctorat ou masters, voire leur interdire carrément de faire de la recherche, c’est les transformer en de simples écoles professionnelles. Cette proposition correspond parfaitement à la volonté d’economiesuisse de limiter drastiquement l’accès aux masters, afin que les étudiants rejoignent le marché du travail le plus vite possible. Malgré leurs grandes professions de foi en faveur d’investissements dans la science et la recherche, les milieux économiques prévoient ainsi de limiter les dépenses de la formation tertiaire.
Les conséquences d’une pareille politique sont prévisibles : une diminution de la qualité de la recherche et donc de l’enseignement et, si l’on permet aux hautes écoles de pointe de sélectionner leurs élèves, une entrave à la démocratisation des études. En effet, les taxes d’étude très élevées et les concours d’entrée nécessaires à une pareille sélection ne peuvent qu’exclure les milieux modestes. Sésame actuel aux études universitaires, la maturité verrait diminuer fortement sa valeur, puisqu’elle ne permettrait plus d’accéder à la formation de pointe. La Suisse a besoin d’excellence, mais toutes les hautes écoles doivent avoir la possibilité d’exceller. N’y autoriser qu’un petit nombre c’est condamner les autres, et donc la plus grande partie du système, à la médiocrité.

Quand les hautes écoles se coupent de la cité
L’EPFZ, citée par avenir suisse comme l’exemple de la haute école de «niveau international», projette de créer «science city», grand campus à l’image des universités nord-américaines, où personnel et étudiants travaillent, habitent, font leurs achats et se distraient, hors du monde. L’EPFZ, qui aimerait rivaliser avec ces grandes universités, risque ainsi de se retirer dans une sorte de tour d’ivoire. Il y a quelques années, le festival «science et cité», organisé pour renforcer les liens entre population et université et casser de cette façon le mythe d’une communauté scientifique coupée du monde, avait connu un important succès. Espérons que l’EPFZ applique les parties du projet «science city» destinées à intégrer la population non-universitaire dans ce nouveau quartier. Sinon ces efforts nécessaires de rapprochement risquent d’être réduits à néants.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8302
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8302 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP