Mode lecture icon print Imprimer

Hausse de la TVA : Coup de poignard ou de pouce à Couchepin ?

icone auteur icone calendrier 13 février 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Trahison, coup de poignard dans le dos ; la presse
n’avait pas de mots assez durs pour décrire le refus par le groupe
parlementaire radical de la hausse de la TVA en faveur du premier
pilier, pourtant soutenue par son conseiller fédéral Pascal Couchepin.
Ce revirement (car le groupe avait largement soutenu la hausse lors du
vote aux Chambres) devait signifier que les élus PRD ne voulaient plus
jouer les porteurs d’eau de la politique gouvernementale, fût-ce au
détriment de leurs représentants.
Mais à y regarder de plus près, le
«coup de poignard» n’est pas aussi méchant qu’il n’y paraît. Encourager
le peuple à refuser une augmentation des ressources de l’AVS, c’est
ouvrir tout grand la porte aux réductions de prestations, puisque les
problèmes de financement de la prévoyance vieillesse sont programmés.
Si l’on ne peut pas augmenter la TVA pour soutenir l’AVS, les projets
de Pascal Couchepin d’augmenter l’âge de la retraite à 67 ans n’en
seront que plus crédibles. Le conseiller fédéral pourra alors s’appuyer
sur la décision du peuple pour réduire les prestations. En refusant la
hausse de la TVA, les radicaux apportent donc de l’eau au moulin du
chef du Département de l’intérieur plutôt qu’ils ne le trahissent.
D’autant plus que le parti radical ne s’est jamais vraiment distancé
des propositions de son ministre, tout en les rendant après coup
responsables de sa récente défaite électorale.
L’enjeu de la
votation du 16 mai va donc au-delà des prétendues querelles internes du
parti radical. Si la croissance économique ne revient pas, l’AVS risque
des difficultés de trésorerie aux alentours de 2010, car les départs à
la retraite des baby boomers seront plus nombreux que les nouvelles
entrées sur le marché du travail. La population devra ainsi soit
accepter de réduire les prestations (par exemple en augmentant l’âge de
la retraite), soit augmenter leur financement. Puisqu’une réduction des
prestations de l’AVS (déjà en dessous de ce que prévoit le mandat
constitutionnel) est inacceptable, approuver dès maintenant le principe
d’une augmentation modérée de la TVA (qui n’entrerait en vigueur que si
le besoin s’en fait sentir) permettrait de rétablir la confiance de la
population dans ses œuvres sociales en garantissant à long terme au
moins les prestations actuelles. Mais surtout, cela permettrait de
couper l’herbe sous les pieds de Pascal Couchepin et de ses alliés qui
brandissent l’épouvantail démographique et le prétexte des caisses
vides pour mieux faire admettre leurs propositions antisociales.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8299
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8299 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.