Mode lecture icon print Imprimer

Livre : Que nous apprend Ruth Metzler?

icone auteur icone calendrier 17 septembre 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Les anciens conseillers fédéraux publient rarement un compte rendu de leur activité au Conseil fédéral peu après leur départ. C’est assez normal puisque le tout est en général bien planifié. La non-réélection est rare. Elle justifie la réaction de Madame Ruth Metzler-Arnold dont le livre sur les années passées au gouvernement fédéral a paru, en allemand, quelques mois après l’événement. Il s’agit d’un ouvrage assez exceptionnel, car il permet de comprendre les méthodes de prise de décision au niveau fédéral. Il n’y a pas de révélation de secrets d’Etat mais une porte est entrouverte sur la «cuisine interne» du Palais fédéral.
C’est le récit d’une non-initiée puisque Ruth Metzler, conseillère d’Etat à temps partiel dans le demi canton d’Appenzell Rhodes intérieures, n’avait jamais exercé de mandat à Berne. Avec elle, nous découvrons les premiers pas d’une jeune élue à travers le protocole qui règle l’activité des membres du gouvernement. Sportive, la nouvelle conseillère fédérale a de la peine à suivre l’huissier qui porte ses dossiers et la précède. Elle le prie de ne pas marcher si vite. Celui-ci répond que, selon les règles en vigueur, il doit avoir une légère avance sur «la Cheffe».
Bien entendu, le livre contient aussi des passages moins anecdotiques sur les relations parfois difficiles avec son parti et certains de ses dirigeants. On découvre également les rencontres avec les représentants de l’économie, la préparation de scrutins fédéraux, les relations parfois agitées avec les médias.

Un autre visage
Ruth Metzler raconte volontiers ses voyages, dans les Balkans par exemple, qui la poussent à écrire un texte en albanais sur la nécessité de se comprendre, publié par le Blick en juillet 1999. Bref, l’édition française, dont on annonce la parution prochaine, donnera aux Romands la possibilité de découvrir ce livre inattendu qui est aussi, à notre avis, un volume d’éducation civique même s’il n’est pas un manuel scolaire.
Terminons, en signalant que le problème des langues est aussi évoqué. Par exemple au sujet du choix de l’abréviation fedpol comme terme unique, mais anglais pour désigner la police fédérale. C’est un fonctionnaire romand qui l’a proposé pour éviter trois termes différents dans les langues nationales. En revanche, pour les séances du Conseil fédéral, chacun parle dans sa langue ce qui fait que quelques conseillers ont un dictionnaire dans la poche pour trouver l’équivalent de certains termes. Dans son département, Ruth Metzler exigeait l’usage de l’allemand standard lorsque des participants aux réunions étaient de langue française ou italienne.

Ruth Metzler-Arnold, Grissini und Alpenbitter : Meine Jahre als BundesrŠtin. Herisau, Appenzeller Verlag, 2004.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/7688
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/7688 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.