Mode lecture icon print Imprimer

Exposition : Pascale Favre, le charme de l’indiscrétion

icone auteur icone calendrier 27 février 2004 icone PDF DP 

Thématiques

On se bousculait presque l’autre soir au vernissage de l’exposition de Pascale Favre dans le Palais de l’Athénée à Genève. Si Les heures chaudes de la jeune artiste ont su – par un vent glacial – attirer tant de monde entre les murs de la vénérable institution genevoise, c’est que l’œuvre présentée est une irrésistible invitation au voyage.
Pascale Favre, en résidence au Caire depuis janvier, présente un ensemble de dessins d’une qualité exceptionnelle. On y entre en franchissant un ample rideau brodé de mouches, histoire de rappeler élégamment l’incontournable compagnon des moments de sueur. Puis une première halte dans la salle Crosnier, les dessins n’y sont pas accrochés mais installés, dans leur monumentalité, comme un décor de cinéma. Cette figuration est judicieuse . On s’introduit dans l’univers de l’artiste comme on irait au spectacle : curieux, détendu, intrigué. Enfin, dans la salle voisine, c’est en fresque que le dessin apparaît.
Le travail de Pascale Favre nous frappe d’abord par la précision et la sûreté du trait. Cependant, comme le relevait Hervé Laurent, enseignant à l’école des Beaux-Arts de Genève qui présentait avec éloquence l’exposition, sa virtuosité n’en constitue pas à elle seule la qualité. Si l’on s’absorbe tant dans cette œuvre, c’est qu’elle parvient à dévoiler peu à peu sa complexité. Patiemment, l’univers représenté ici (une maison, des chambres, des meubles) agit sur notre mémoire. Quelques traces du quotidien indiquent que le lieu est habité. L’absence de toute figure humaine permet de visiter tout à son aise ce décor où transparaît une agitation passée. On est même prié de laisser libre cours à son indiscrétion naturelle. On aurait tort de s’en priver, vraiment, il n’y a rien là d’impudique, je vous l’assure.
Avouez qu’il est tout de même agréable, parfois, d’être l’invité d’un hôte absent mais convivial. Je ne pense pas tant au concierge qui sommeille peut-être en chacun de nous qu’à une certaine quiétude domestique en partage. Calme et volupté. Le luxe est ici superflu.

Pascale Favre : Les heures chaudes, Palais de l’Athénée, Genève,
jusqu’au 20 mars 2004,
www.athenee.ch

A cette occasion a été publié le Cahier de la Classe des Beaux-arts n° 153.

A lire également : de nuit, éditions art&fiction, Lausanne, 2003, www.artfiction.ch

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/7032
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/7032 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.