Mode lecture icon print Imprimer

Internet et l’Afrique: Aggravation ou chance ? Une révolution aigre-douce

Internet abolit le temps et l’espace. Internet relie les habitants de la planète terre. Internet donne à toutes et à tous l’accès à une masse colossale d’informations. Cette nouvelle technique bénéficie de toute évidence d’un potentiel gigantesque. Elle ne tient cependant, pour l’instant, qu’à un filÊÐÊtéléphoniqueÊÐÊqui ne parcourt de loin pas l’entier du globe. Il manque encore quantité de mailles au chandailÊÐÊet de moyens aux pays les plus pauvres pour le tricoter.

L’Afrique est singulièrement peu desservie par Internet. Les chiffres frappent : si 90 millions de personnes y ont accès dans les pays du Nord, elles sont 22 millions dans les pays du Sud, dont 1,14 million en Afrique, avec 600 000 dans la seule Afrique du Sud et moins de 4000 ordinateurs connectés pour l’Afrique francophone. Hormi les habitants d’Afrique du Sud, un Africain sur 5000 seulement est raccordé à Internet, alors que la moyenne mondiale est à 40ÊÐÊelle est de un sur quatre pour l’Europe et l’Amérique du Nord.

L’alphabétisation précède la connexion

Lorsque le raccordement téléphonique existe, l’équipement reste cher et l’abonnement à Internet coûte plus que dans les pays industrialisés.
De plus, on oublie souvent qu’outre l’infrastructure technique et le financement, l’accès à Internet suppose avant tout d’être capable de lire et d’écrire, ainsi que d’être un peu familier de l’usage des ordinateurs (voir encadré: Alphabétisation des adultes en 1993).
Pour la population alphabétisée, par contre, l’outil Internet a un effet démultiplicateur, il peut se révéler extrêmement performant en matière d’enseignement, avec la mise à disposition d’universités virtuelles, avec l’intensification des échanges de savoirs, comme par exemple en tissant des liens entre des hôpitaux régionaux et universitaires.
Internet est un dieu complexe, à la fois l’Hermès et le Janus de cette fin de millénaire: le Message est généralisé, il imprègne et unifie la planèteÊÐÊmais son accès est restreint à la fois, il renforce les mises à l’écart en laissant des îlots hors d’atteinte de ses vagues. C’est une technique qui demande un investissement de base onéreux pour les individus, alors que le problème de la faim n’est de loin pas réglé. Bref, Internet va-t-il augmenter les différentiels déjà à l’œuvre ou donner leur chance aux pays du Sud?
A son crédit, Internet a des applications pratiques certaines, il démontre son utilité potentielle pour la lutte contre la faim. Un exemple: une institution issue de neuf pays sahéliens, Agrhymet (http://www.agrhymet.ne/), concentre les données météorologiques, les renseignements sur l’avancement des cultures, les déplacements de crickets. Une foule de renseignements à disposition des autorités et des administrations, hautement utiles aux cultivateurs et aux éleveurs. Encore faut-il que l’information parvienne à ces non-spécialistes, sous une forme digeste et accessible, comme ? une forme imprimée! cp

Un seul monde, Le magazine de la DDC sur le développement et la coopération, N° 1, février 1999.

Sites et cyber-cafés
Dans 113 pays, sur 2000 cyber-cafés répertoriés sur le site http://www.netcafeguide.com, on en découvre 1 en Algérie, 1 au Cameroun, 1 au Mali, 2 dans la capitale de Madagascar (dont 1 au foyer du Hilton), 3 au Kenya, 23 en Afrique du Sud. En Suisse, 41 sont répertoriés, dont 4 à Lausanne et 3 à Genève.

¥ÊBanque mondiale: http://www.worldbank.org/infodev/
¥ÊInfosud: http://www.infosud.ch/
¥ÊMéta-site sur les pays africains: http://www.multimania.com/cheick/
¥ÊDu producteur au consommateur: http://www.peoplink.org/
¥ÊPresse africaine: http://www.humanweb.org/presse/afrique.htm
¥ÊAfrique médecine et santé: http://members.aol.com/joinams/
¥ÊAfrique et développement: http://www.humanweb.org/organisation/afrique.htm
¥ÊAfrique et droits de l’homme:
http://heiwww.unige.ch/humanrts/africa/french/ftoc.htm
¥ÊAfrique et Internet:
http://www.africances.fr/afrint/devel.htm
http://sawww.epfl.ch/SIC/SA/publications/FI96/fi-1-96/1-96-page7.html
http://www.rio.net/

Alphabétisation des adultes en 1993
Niger 12,8%
Burkina Faso 18,0%
Mali 28,4%
Sénégal 31,4%
Bénin 34, 3%
Mauritanie 36,7%
Maroc 41,7%
Togo 49,2%
Nigéria 54,1%
Cameroun 60,8%
Zaïre 75,2%
Kenya 75,7%

Afrique subsaharienne 55,0%
Suisse, France, états-Unis 99,0%
Pays industrialisés 98,3%

Source: L’état du monde 1997, La Découverte, 1996.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/7018
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/7018 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.