Mode lecture icon print Imprimer

Filiation entre Jacques Ellul et Ivan Illich

icone auteur icone calendrier 9 juillet 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Se référant à l’article sur Jacques Ellul paru dans
DP n° 1605, Jean-Michel Corajoud, animateur du Cercle des lecteurs
d’Ivan Illich à Lausanne nous a fait parvenir son dernier bulletin. Il
y est rappelé l’apostrophe du discours de Ivan Illich prononcée lors de
l’hommage qui fut rendu à Jacques Ellul en 1993, quelques mois avant sa
mort : «Maître Jacques, je vous demande d’accepter ici le fait de ma
filiation, y compris toutes les tares d’une telle dépendance. Ma dette
à votre égard est indiscutable.»
Surtout connu dans les années
soixante et septante pour sa critique acerbe des professions et des
institutions de l’école, de la santé et des transports, Ivan Illich
(1926-2002) a été absent de la scène publique ces vingt dernières
années sans cesser pour autant d’être intellectuellement productif. Son
sort face aux médias et à l’opinion en général est comparable à celui
de Jacques Ellul. Son retour est lui aussi annoncé par plusieurs
rééditions, notamment la parution du premier volume de ses œuvres
complètes aux Editions Fayard (Paris, décembre 2003).
Le Cercle
des lecteurs d’Ivan Illich fonctionne sans centre ni cotisation, chaque
lecteur pouvant choisir ou écrire des textes et les diffuser auprès des
autres lecteurs ou de toute autre personne dans un but non lucratif. Il
suffit de s’annoncer. C’est probablement une formule appropriée dans
une situation difficile face aux systèmes de pensée dominants.
«
La convivialité» est un vocable lancé par Illich en 1978. « J’appelle
société conviviale une société où l’outil moderne est au service de la
personne intégrée à la collectivité et non au service d’un corps de
spécialistes. Conviviale est la société où l’homme contrôle l’outil»,
écrivait-il. La convivialité, c’est sous ce titre que le Cercle publie
son bulletin. Son numéro de juin 2004 contient une étude de Daniel
Cérézuelle qui établit les remarquables convergences entre Bernard
Charbonneau, Jacques Ellul et Ivan Illich sur les notions
d’incarnation. L’angle d’attaque peut paraître singulier au premier
abord mais s’avère fructueux et d’une grande pertinence dans la
critique de la société technicienne et de ses implications sur la vie
quotidienne.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/6933
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/6933 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.