Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Conseil fédéral : Le CEO de la Confédération s’est autodésigné. Qu’en pensent les autres patrons?

Au vu des résultats des élections du 19 octobre, les dirigeants alémaniques des entreprises et des organisations économiques commencent par déplorer le recul du parti radical, qui paye très cher à leurs yeux son identification traditionnelle aux milieux d’affaires. Sans pitié pour les démocrates chrétiens, ils passent en revanche par pertes et profits le PDC, sans même toujours le citer nommément. Quant à la candidature de Christoph Blocher, elle les a surpris mais, réflexion rapidement faite, ils y adhèrent malgré les résultats mitigés de leur première analyse. Même le «soldeur» Otto Ineichen, nouveau conseiller national radical lucernois, seul à douter encore, pense que Christoph Blocher sera bel et bien élu si son groupe en fait son candidat – condition rhétorique pour un leader hypermédiatisé et connu de longue date en Suisse alémanique.

Un libéralisme à géométrie variable
En effet, le «tribun zurichois», qui a soudainement adopté la posture de futur «Sage fédéral», est depuis près de trente ans très présent en politique (municipalité de Meilen dès 1974, député au Grand Conseil dès 1975 et au Conseil national depuis 1979) et surtout dans les affaires économiques, principalement dans la chimie. Les dirigeants alémaniques connaissent bien ses manières de patron sans égards pour les formes lorsqu’il s’agit de ses intérêts, mais plein d’une attention paternaliste pour son personnel ; ils détaillent aussi ses contradictions entre sa pratique de businessman international et son attachement de principe à la Suisse indépendante, voire isolée. Et son libéralisme à géométrie variable ne laisse pas d’inquiéter ici et là (selon la Handels-Zeitung du 22 octobre et Cash du lendemain).

De l’opposition aux responsabilités
Ancien conseiller national (PDC/SG) proche des milieux de l’énergie pétrolière, Edgar Oehler, qui a redressé le groupe Arbonia-Forster, s’avoue partisan de l’entrée de Christoph Blocher à l’exécutif depuis le rejet de l’EEE en décembre 1992, histoire de lui faire assumer sa part de responsabilités. Même arrière-pensée par exemple chez Fritz Studer, patron de la Banque cantonale lucernoise. De manière générale, les banquiers, les commerciaux comme les privés, se réjouissent de l’élection d’«une personnalité sensible aux intérêts de la finance helvétique», comme le signale diplomatiquement Thomas Sutter, porte-parole de l’Association suisse des banquiers.
Du côté des industriels, on laisse transparaître une certaine satisfaction à l’idée de voir un patron à succès de la chimie accéder aux plus hautes charges politiques, après les soigneux préparatifs dynastiques d’usage (formation de la relève incarnée par un fils et une fille, remise du capital à la génération montante, etc.). Tout cela augure bien d’une gestion attentive des intérêts du pays, façon père de famille assez nombreuse et par trop métissée.
Rudolf StŠmpfli, président de l’Union patronale suisse, est plus nuancé. Partisan d’une Suisse gouvernée au centre et dans la concorde, il redoute les affrontements qui s’annoncent depuis le 19 octobre, notamment à propos de l’âge de la retraite, qu’il souhaite variable selon les professions. Plus généralement, il reproche aux leaders de l’UDC leurs propos et procédés étrangers à la tradition suisse de la patiente recherche du consensus. Mais il convient que la présence d’un homme pensant et parlant clair ne ferait pas de mal au Conseil fédéral ; il pourrait même, qui sait, réveiller le centre, si malmené qu’il doute de lui-même, et aussi emporter l’adhésion des citoyens à des causes peu populaires.

Des alliances paralysantes
En somme, à l’instar de Rudolf Ramsauer, directeur d’economiesuisse, les patrons comptent sur Christoph Blocher pour faire passer, avec des méthodes plus efficaces sinon plus fines, ce que Pascal Couchepin ne parvient pas à vendre à coups de pavés jetés dans la mare (retraite à 67 ans) ni Joseph Deiss par ses professorales déclarations (relance de l’économie).
Mais les patrons ne manquent pas de lucidité. Ils doutent de la cohérence de la pensée libérale de Christoph Blocher. Certes, il veut moins d’Etat, moins d’impôts, plus de liberté pour les entreprises. Mais son attachement à la libre-concurrence s’arrête là où les intérêts de l’agriculture commencent. Il parviendra sans peine à bloquer les Bilatérales II. Et il hésitera à poursuivre le démantèlement des anciennes régies. Pire, comme le relèvent aussi bien Pierre Bessard (Weltwoche du 23 octobre) que Beat Kappeler (NZZ am Sonntag du 26 octobre), des alliances objectives pourraient bloquer des flexibilisations souhaitables aux yeux des patrons : on entrevoit, sur l’AVS et la gouvernance d’entreprise au moins, de «funestes coalitions» entre l’UDC et le PS, déjà observées à propos de l’or de la BNS ou du «copinage économique».
Décidément, beaucoup de repères ont sauté le 19 octobre 2003.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/6365
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/6365 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP