Mode lecture icon print Imprimer

Du bon et du mauvais usage de PISA

icone auteur icone calendrier 13 mai 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Les épreuves de PISA (Programm for International Student Assessment, Programme international pour le suivi des acquis des élèves) rendent possibles des comparaisons de savoir-faire et de compétences, entre les élèves de 41 pays à l’échelle internationale, entre les élèves des régions linguistiques à l’échelle nationale (tous les cantons romands, le Tessin et six cantons alémaniques). Mais les populations testées ne sont pas les mêmes : les élèves de quinze ans pour l’international, les élèves de neuvième année pour l’intercantonal. Or plusieurs pays et les cantons ne connaissent pas la promotion automatique, le taux d’échec scolaire y est souvent élevé. Les élèves de quinze ans ne sont donc pas tous en neuvième et les élèves de neuvième n’ont pas tous quinze ans. La neuvième de surcroît présuppose un parcours scolaire ordinaire, sans les classes spéciales ou l’enseignement privé. En conséquence, l’interprétation des résultats requiert prudence et précaution. Mais PISA est vite englobé dans la manie contemporaine du classement, ce néo-pédantisme qui, comme les sondages, nourrit les médias.
PISA fait appel à un savoir-faire mis à l’épreuve par des batteries de problèmes. Amusant de voir les détracteurs de la méthode d’apprentissage par problèmes utiliser PISA pour condamner les réformes qui s’inspirent de cette pédagogie.
De même que les tests qui déterminent le QI d’un individu sont utiles mais ne couvrent pas toutes ses qualités et particularités, les tests PISA (attention au bachotage !) ne cernent pas tout le système éducatif, n’évaluent pas par exemple la mémoire ou le don des langues. C’est un bon outil de travail. Il faut le prendre pour ce qu’il est. Sans plus.

La recherche pédagogique
Les épreuves de PISA sont accompagnées d’un questionnaire qui permet de situer l’élève dans son environnement social et familial. Avec des conclusions contrastées. Le milieu familial influe fortement les résultats dans certains cantons, mais très peu dans d’autres (Jura, Fribourg, Tessin).
Ce constat devrait être un formidable stimulant de recherche. Car l’école et tous les enseignants sont portés par l’idéal de l’égalité des chances, qui n’est pas un slogan politique, mais le refus d’une prédétermination par le milieu.
Or si Fribourg affiche de bons résultats intercantonaux et que le milieu les influe peu, comment expliquer cette double réussite, cette approche réelle de l’égalité des chances ?
Les chercheurs pourraient explorer plusieurs directions. Tout d’abord, la nature de l’enseignement. Est-ce que les heures consacrées à telle et telle branche, est-ce que l’organisation de la classe, les appuis, la nature des devoirs à domicile sont une première explication ?
Deuxième éclairage à chercher dans ce qu’on appelle le milieu familial. Il peut être constitué de parents universitaires qui transmettent toute une culture par immersion quotidienne. Mais le milieu familial peut aussi être socialement modeste et ambitieux pour l’avenir des enfants et, comme tel, être un milieu porteur. Enfin si l’école a, dans la société, sa place reconnue, si elle n’est pas l’objet d’enjeux politiques contre-productifs, comme le canton de Vaud en donne le lamentable exemple, si elle a le prestige naturel qui doit être le sien, il est possible qu’elle atténue les disparités sociales et réduise l’influence du milieu.
Bref, pour la recherche pédagogique et sociologique, quel sujet, quel défi ! C’est le mérite premier de PISA d’inciter à mieux comprendre ce jeu à trois personnages : l’école, la famille, la société. ag

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/4722
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/4722 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.