Mode lecture icon print Imprimer

Ecoles polytechniques fédérales : Quand le prestige rend presbyte

icone auteur icone calendrier 16 juillet 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Pour la troisième fois en moins d’un lustre, l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) abandonne un domaine d’enseignement et de recherche touchant à la protection de la vie et de la santé. Ce fut le sort réservé à la toxicologie puis à l’hygiène de l’environnement. Aujourd’hui, l’Institut d’hygiène et de physiologie du travail est appelé à disparaître ; à l’occasion de son départ à la retraite, l’actuel directeur ne sera pas remplacé. Cette désaffection vient du désir d’orienter les ressources disponibles vers des disciplines d’avant-garde, celles auxquelles s’intéressent les publications scientifiques les plus prestigieuses et qui vous placent d’emblée dans la cour des grands. Le but des Ecoles polytechniques fédérales n’est-il pas de se maintenir parmi les «50 meilleures écoles du monde», comme l’exprime le Conseil fédéral en page une du mandat de prestation pour les années 2004 à 2007 ? Mais à trop viser les objectifs lointains, on risque de ne pas remarquer à quel point la presbytie progresse.
Selon le président de l’EPFZ, le zénith de la recherche en matière de physiologie du travail aurait été dépassé. La révolution aura été bien brève dans ce domaine et tout particulièrement en Suisse, puisqu’une seule génération – deux tout au plus – aura milité pour faire reconnaître l’ergonomie et la médecine du travail avant de se voir dépourvue d’héritiers. Par un curieux décalage, la loi impose aujourd’hui aux entreprises de recourir à des spécialistes de la sécurité au travail dont la formation ne sera plus assurée.

Sauvegarder des disciplines utiles
A l’annonce de cet abandon, des critiques ont dénoncé le désintérêt de la haute école pour des tâches d’intérêt public. On peut bien sûr taxer la direction de l’EPFZ de snobisme scientifique et l’accuser de mépriser des besoins de la société. Certes le mandat de prestation est formulé en termes généraux et laisse une grande latitude aux EPF pour choisir leurs domaines d’enseignement et de recherche. Mais l’enveloppe d’environ deux milliards de francs par an est généreuse et devrait permettre de maintenir des disciplines utiles sinon brillantes.
Pourtant dans cette affaire, c’est d’abord la question de la responsabilité politique qui est posée. Les autorités fédérales ne peuvent se désintéresser du domaine de la sécurité, de l’hygiène et de la santé au travail, que ce soit en tant qu’autorités de tutelle des hautes écoles ou de par leur compétence en matière de droit du travail et de protection des travailleurs. L’instrument du mandat de prestation permet de formuler des exigences qui ne se limitent pas à la compétition internationale. Lorsqu’il y va de l’existence de domaines de recherche d’importance vitale pour le développement du pays, c’est le rôle du politique d’assurer la cohérence entre des objectifs en apparence contradictoires et de veiller à un équilibre des tâches.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/3028
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/3028 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.