Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Adieu Taoua, bonjour les débats

La tour Beaulieu est renversée, mais non la majorité de gauche qui va au-devant de difficultés certaines

Or donc, ce dimanche 13 avril 2014, 37,5% des citoyens lausannois se sont prononcés sur le projet de plan partiel d’affectation comprenant la fameuse tour Beaulieu, dite Taoua, lauréate d’un concours d’architecture lancé en 2008.

Une petite majorité d’entre eux, 51,91% très exactement, ont refusé le projet, dans la plupart des cas pour cause de mocheté du bâtiment en trop grande hauteur. A ce reproche rédhibitoire, d’autres objections sont venues s’ajouter, tout aussi émotionnelles.

Du côté des partisans du projet, partis socialiste et libéral-radical réunis, on a beaucoup, mais en vain, insisté sur l’originalité de la tour de 27 étages aux affectations combinées, prête pour la société à 2000 watts, financée par des investisseurs privés construisant sur le domaine public aux termes d’un partenariat novateur.

Tout est donc à reprendre, ce que la Municipalité veut faire dans les meilleurs délais. Le sort du Centre de congrès et d’expositions de Beaulieu l’exige, tout comme les développements prévus dans le nord-ouest de la ville et l’indispensable desserte par le futur métro n° 3.

Mais ce nécessaire rattrapage risque de s’effectuer dans un climat politique alourdi. D’une part, on assiste à un désaccord patent entre le PS et les Verts. D’autre part, on constate que la méfiance du public à l’égard des autorités s’installe et se renforce. La parole publique est fortement mise en doute – et plus seulement par les défenseurs du patrimoine.

Lesquels ne cessent d’allonger la liste des projets à combattre à différents stades. Premiers visés: le Pôle muséal à la gare CFF, la Maison du livre sur les Côtes de Montbenon et, pour faire bon poids, divers éléments constitutifs du vaste projet Métamorphose pourtant retiré des bords du lac et concentré sur les hauts de la ville.

Les forces qui se sont manifestées dans la campagne anti-Taoua s’emploieront à faire prévaloir leur conception d’une ville immobile, refusant d’instinct le changement, l’hétérogénéité, la diversité, qui font le biotope de la société urbaine.

A qui la palme de l’impudence?

Reste à espérer que les débats se déroulent dans la bonne foi et le respect des propos de l’adversaire. A cet égard, les débats récents paraissent de très mauvais augure.

A qui attribuer la palme de l’impudence? Aux conservateurs de Défense de Lausanne, qui insinuent que les comptes soi-disant au rouge vif rendent les édiles prêts à tous les arrangements avec «un grand groupe de bâtisseurs et d’investisseurs dont le seul but est le lucre et qui ne feront aucun cadeau (sauf peut-être à ceux qui les servent)?» A l’architecte Mario Botta, qui critique violemment la position de Taoua isolée de son contexte, tout en oubliant qu’il a bâti lui-même sur les bords du lac de Lugano un certain Casino de Campione, le plus mal intégré des plus difformes blocs de béton? Ou à l’ancien conseiller communal de La Gauche Julien Sansonnens, qui dénonce les alliances contre nature du PS avec le parti libéral-radical et le lobby de l’hôtellerie et de l’immobilier tout en jubilant d’avoir gagné contre la tour Beaulieu en compagnie de l’UDC et de Défense de Lausanne?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/25640
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/25640 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Puisque Madame Jaggi a envie de distribuer des palmes pour l’impudence à propos de Taoua, je rajouterais une concurrente de taille pour que la panoplie soit complète et qu’on n’écarte pas d’emblée du concours ceux à qui le peuple (évidemment celui-ci n’est qu’un « organe de l’Etat » selon l’idéologie Cesla Amarelle) délègue des pouvoirs dont ils abusent:
    – retenir les rapports sur l’urbanisme (rapport sur les tours),
    – mentir sur l’énergie,
    – ergoter sur les prix de location du droit de superficie,
    – porter de doubles casquettes,
    – magouiller sur les gabarits,
    – baratiner sur des logements artificiels
    – instrumentaliser l’école de la Source

    et pour mémoire le mépris officiel et les montages des affiches pro-Taoua (vues d’hélicoptère cachant soigneusement les ruptures de ligne d’horizon, voire même de lac (vue du nord-ouest)) Mais sur les affiches, le doute peut profiter à l’accusée Municipalité…

  • Dans une prise de position récente, Yvette Jaggi, ancienne Syndique de Lausanne, s’en prend aux opposants à #Taoua, et à votre serviteur en particulier, ces adeptes d’une ville « immobile », « refusant d’instinct le changement, l’hétérogénéité, la diversité » et dont le vote serait purement « émotionnel ». (http://www.domainepublic.ch/articles/25640)

    En choisissant ce caricaturer les opposants en Néandertaliens adeptes du repli sur soi et fonctionnant à l’émotion (par opposition à la raison pratiquée en hautes sphères), Madame Jaggi illustre, et de quelle manière, cette déconnexion entre la population et l’élite dont elle parle justement. 

    Madame Jaggi n’a semble-t-il pas compris que c’est précisément cette arrogance insupportable, ce mépris du peuple trop idiot pour saisir des enjeux complexes qui ont en partie causé la perte de Taoua. En reconnaissant n’avoir « pas de plan B », la Municpalité admet qu’elle était sûre de sa victoire, sûre de pouvoir passer en force… Madame Jaggi, assez de cette suffisance ! Assez de ce mépris du peuple tout juste capable de laisser parler ses « émotions » !

  • 3
    Laurent Rebeaud

    J’aurais espéré que DP accueille un débat intelligent et documenté sur le projet Taoua, avant la votation – et j’étais prêt à y contribuer. Caramba, c’est complètement raté. Et le commentaire de mauvaise perdante d’Yvette Jaggi ce lundi matin est désolant.
    Il ne faut pas confondre le comité référendaire avec le MdL, ni le POP, Solidarités et les Verts, associés pour la circonstances avec l’UDC, avec un ramassis de gens incultes et réactionnaires. Curieusement, les commentaires émis après la publication du résultat par les porte-parole du PSL étaient moins revanchards, moins insultants et politiquement plus pertinents que le commentaire que nous propose Domaine public. C’est un peu le monde à l’envers.
    Heureusement, notre ancienne syndique se trompe. Le désaccord qui s’est manifesté à propos de Taoua n’est pas appelé à se reproduire tel quel pour d’autres politiques de la Municipalité. Taoua était, à nos yeux, un mauvais projet, esthétiquement problématique, posé là au terme d’une réflexion urbanistique insuffisante, et sans considération pour les habitants du quartier concerné. Métamorphose échappera à ce genre de critique.
     
     
     
    olidaritEs

  • En tant que président des Verts lausannois et très actif dans la campagne contre Taoua, je ne partage pas entièrement l’analyse de Mme Jaggi.
    Il y a un décalage évident entre la forme que certains aimeraient donner à la « modernité dynamique » et la forme que les Lausannois-es souhaiteraient lui donner. Cette forme, c’est une vision urbaine, une manière de concevoir les volumes bâtis.
    On lit trop souvent le raisonnement comme quoi la tour était moderne et dynamique, donc renoncer à la tour c’est se replier et refuser cette tendance. Baliverne! C’est du 20e siècle, ce raisonnement! On vous le dit avec les urnes et vous n’entendez pas?
    Les Verts affirment depuis le début de la campagne qu’il faut enfin donner une vision urbanistique à notre ville. Nous avons des atouts en main: une distribution exceptionnelle de la vue à un maximum d’habitants grâce à l’étagement naturel, un tissu urbain contigu caractéristique au centre, une densité de qualité. Ne les gâchons pas, jouons-les!
    Inventons un urbanisme moderne et dynamique sur la base de ces atouts. Société à 2000 W compatible, en PPP, concerté avec les habitants, intégré et bien desservi. Où sont les leçons tirées de Quartier 21 ? Un projet en terrasse et végétalisé à Beaulieu serait-il moins attractif que Taoua? Nous avons changé d’époque, nous pouvons créer du tissu urbain adapté plutôt que suivre plus ou moins adroitement les recettes des années 60.
    Arrêtez de dire que la confiance est rompue et que tout va mal. Ecoutez plutôt ce qu’on vous demande, restaurons la confiance et donnons envie! Les Verts se sont immédiatement mis à disposition pour proposer des alternatives séduisantes à Taoua (non pas au niveau de l’architecture, mais au niveau de la forme urbaine).
    Nous nous réjouissons de voir le projet qui sortira de la démarche participative que les Verts ont demandée pour Beaulieu, conjointement avec… le PS! Le désaccord n’est pas si dramatique, dirait-on.

  • PPP la collectivité se fait tordre sur toute la ligne dans ce genre de partenariat. 8’000.-fr/mois pendant 10 ans avec la possibilité pour le partenaire de réaliser, de louer, de vendre  30’000m2, c’est une plaisanterie! La défiance envers les politiques, le mieux élu des lausannois, l’est par 1 votant sur 7 voire 8 (75% d’abstention). Cette défiance est entretenue par cette volonté de faire passer les grands projets en force. La participation en amont des décisions n’est pas anecdotique, elle est indispensable pour reformer le lien entre habitants et représentants (quartier 21)! Ni le syndic ni l’architecte ne savait que le Château de Beaulieu est en note 1 au recensement architectural, comme la Cathédrale, ce qui en dit long sur la préoccupation des ces Messieurs  en matière de qualité du patrimoine bâti et paysager existant. Seule compte le projet en cours et la parcelle concernée! Nous (mdl) sommes sur le terrain, les habitants qui aiment leur ville, s’approprient le cadre bâti dans lequel ils vivent, ce qui est en soi une bonne chose. Feindre de l’ignorer mènera dans le mur, le tout étant de savoir l’épaisseur dudit mur. Proposer des étages de plus à cette tour, c’est ne pas voir plus loin que le bout de son nez, organiser un vrai débat public sur la stratégie d’implantation des tours dans l’agglomération lausannoise est par contre un vrai challenge que « nos » élus doivent mettre en place dans l’urgence, assez de temps perdu! Vive le patrimoine bâti et paysager de qualité, défendons le , nous le valons bien!

  • 6
    Jean-David Monribot

    La démission du Conseil communal de l’élu socialiste Guidetti pendant la campagne Taoua, architecte d’une tour dans le cadre de Métamorphose (après les avoir publiquement décriées), démontre, si tel devait être encore le cas, qu’un certain nombre de membres du parti socialiste semble effectivement prêt à tous les arrangements. Compte tenu de la disproportion des moyens financiers (groupe Bouyges), humains et organisationnels (Muni, PS, PLR, PDC, Asloca, CVCI, FSU, SIA, etc.) et au fait que près de 15’000 lausannois ont voté sans avoir vu un seul gabarit ou ballon, la petite majorité de Mme la mauvaise perdante Jaggi, représente, en réalité, un pourcentage d’opposants beaucoup plus important, que l’on peut raisonnablement estimer à plus de 60 % !

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP