Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Trop de vitamines

Ce qui ne fait pas de mal ne fait pas forcément du bien et coûte certainement très cher

Photo Y. Yachi
Photo Y. Yachi (licence CC)

En France, la Haute autorité de santé (HAS) ne trouve aucune utilité au dosage de routine de la vitamine D. Pourtant 6,3 millions d’examens ont été réalisés en 2011, pour une facture de près de 100 millions d’euros. Comment expliquer une telle explosion de demandes médicales alors que rien, médicalement, ne la justifie?

Le rapport de la HAS rejette le dosage de la vitamine D pour les risques de cancers colorectal, du sein, de la prostate, l’hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires, les allergies, les maladies auto-immunes, le diabète de type II, la grossesse, les maladies infectieuses, les pertes de  performances cognitives.

L’exception c’est la santé osseuse, chez les personnes âgées en particulier, qui semble requérir des concentrations sériques importantes qu’il faut donc mesurer. Une étude suisse portant sur plus de 30’000 personnes âgées (avec 1’111 incidents de fracture de la hanche) montre que seules des doses journalières élevées de vitamine D permettent de réduire (un peu) ce risque; d’autres études sont moins concluantes.

Tous déficients

La vitamine D est fabriquée par notre peau sous influence du soleil: 5 à 30 minutes, jambes et bras dénudés, sont en principe suffisantes. La vitamine D3 fabriquée en été est d’ailleurs stockée (dans les graisses) pour l’hiver. L’huile de foie de morue, le lait sont des sources alimentaires. Il n’y a honnêtement pas de taux «normal» indubitable de taux de vitamine D au-dessous duquel nous serions déficients.

Résultat: nous sommes tous testés et nous sommes tous jugés déficients. Par exemple, une étude faite à Boston sur le personnel d’un hôpital rapporte qu’un tiers du personnel peut être considéré comme déficient, malgré le verre de lait et la pilule multivitaminée au quotidien – et le saumon une fois par semaine. En Suisse, de janvier à mars, neuf hommes sur dix auraient des taux insuffisants ou déficients en vitamine D. En bref, seul un déménagement au Tessin peut doubler vos chances de ne pas être déficient.

De nombreuses études démontrent qu’un bas niveau de vitamine D est associé à de nombreuses maladies. Mais, corrélation n’étant pas cause, cette association n’indique pas automatiquement que la déficience en vitamine D soit responsable de la maladie.

En janvier dernier, la très sérieuse revue médicale Lancet s’attaque dans une série d’articles au mythe de la vitamine D elle-même. Lancet conclut que les taux bas de vitamine D sont bien la conséquence et non la cause d’une mauvaise santé. L’industrie des compléments en vitamines prend donc le problème par le mauvais côté. Or, aux Etats-Unis près de la moitié des adultes prennent aujourd’hui des comprimés de vitamine D. Il y a du souci à se faire.

Trop c’est trop – les multivitamines

Mais le mythe vitaminique ne s’arrête pas à la vitamine D. La prise de pilules multivitaminiques est presque généralisée. Au point que le coût des suppléments aux Etats-Unis est de 30 milliards de dollars par an – soit autant que l’investissement fédéral total pour la recherche médicale, toutes maladies confondues.

Prétendre que les multivitamines ont un effet bénéfique dans la prévention des maladies chroniques est erroné. Cela n’est vrai que pour des groupes ciblés – par exemple les végans. «Enough is Enough: Stop Wasting Money» (avec des pilules multivitaminiques) affirme l’édito de Annals of internal medicine, après une revue de 27 essais cliniques impliquant plus de 400’000 participants.

Que conclure? Pour la vitamine D, des grands essais cliniques sont encore en cours qui, espérons-le, définiront plus clairement les personnes qui pourraient profiter d’un supplément. On pourra suivre l’évolution sur un bon site comme celui de Planète Santé.

Les 100 millions d’euros annuels pour les examens, les 30 milliards de dollars annuels pour les suppléments montrent que la grande tolérance envers «ce qui ne peut pas faire de mal» a quand même des conséquences sociales et de santé.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/25503
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/25503 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Je crois que cet engouement pour les vitamines en doses médicamenteuses participe de cette course aux produits de performance qui anime notre société. Beau avec la chirurgie plastique, en pleine forme avec les compléments qui sont prescrits par les médecins et bien mis en évidence dans les pharmacies.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP