Mode lecture icon print Imprimer

Réforme du gouvernement : L’introuvable nouvelle formule

icone auteur icone calendrier 7 mars 2003 icone PDF DP 

Thématiques

Au cours de la présente session parlementaire, le
Conseil des Etats se saisit du difficile dossier de la réforme du
gouvernement. Un dossier ouvert depuis des décennies, mais dont on peut
craindre qu’il ne soit toujours pas mûr.
Comme les Etats-Unis, la
Suisse dispose d’une forme de gouvernement qui n’a pas changé depuis la
création de l’Etat moderne. Pourtant le modèle collégial, copie
conforme du Directoire français imposé à notre pays par Bonaparte, a
fait l’objet d’un incessant débat. Au début du xxe siècle déjà, on
discutait de l’élargissement du Conseil fédéral. Après la Deuxième
Guerre mondiale, commissions d’experts et rapports se succèdent :
rapport Hongler (1967), commission Eichenberger (1990), groupe de
travail interdépartemental (1999). Tous les modèles sont examinés, du
système présidentiel au régime parlementaire en passant par
l’aménagement du gouvernement collégial. C’est finalement cette
dernière solution qui a été retenue.
Le Conseil fédéral n’a jamais
montré un grand empressement à organiser sa propre réforme. L’impulsion
est venue du parlement en 1990, par le biais des motions Petitpierre et
Rhinow. Et c’est à nouveau le parlement, plus précisément la commission
des institutions politiques du Conseil des Etats, qui en 2000, tance le
Conseil fédéral, trop lent à son goût à présenter un projet.

Un contrat de législature plutôt qu’une réforme
La
petite réforme, consistant à créer la fonction de secrétaire d’Etat –
en réalité un simple porte-serviette – échoue devant le peuple en 1996.
Dès lors le Conseil fédéral se décide pour une réforme plus ample et
porte son choix sur un gouvernement dit «à deux cercles» : le collège
actuel, flanqué de sept ministres délégués, coresponsables politiques
et chargés de domaines bien précis.
La commission du Conseil des
Etats a modifié ce projet, optant pour des conseillers fédéraux
suppléants, siégeant et votant au sein du collège en cas d’absence de
leur conseiller fédéral. Par ailleurs elle propose le renforcement de
la présidence par un mandat de deux, voire quatre ans. Cette solution
ne s’est imposée que grâce à la voix prépondérante du président, la
moitié de la commission préconisant un Conseil fédéral de neuf membres.
C’est dire si le consensus fait encore défaut et si le débat en plénum
risque d’être mouvementé.
Cette fixation sur une réforme des
structures gouvernementales conduit à négliger la réflexion sur la
modification de règles informelles, propres à renforcer la cohésion du
Conseil fédéral : par exemple, l’adoption d’un contrat de législature
engageant l’exécutif et les partis représentés au gouvernement.

Sur ce thème : Jérôme Savary, Des acteurs et des règles. Une analyse de la réforme du gouvernement suisse (1990-2002), Lausanne, octobre 2002, Cahier de l’IDHEAP 204/2002

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/2542
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/2542 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.