Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Faut-il protéger la liberté des ennemis de la liberté?

Notre société est assez forte pour résister à un spectacle de Dieudonné

Photo Alexandre Hervaud

Les autorités de Nyon ont finalement décidé de ne pas interdire le prochain spectacle de Dieudonné. Au risque que l’artiste utilise cette tribune pour répandre ses idées qui portent souvent atteinte aux droits d’autres individus et flirtent avec les limites du droit pénal. Mais fallait-il censurer Dieudonné parce qu’il remet en cause certaines valeurs fondamentales de l’Etat de droit?

Ce serait oublier que la liberté d’expression ne protège pas que les opinions qui nous sont sympathiques. Selon la formule consacrée par les jurisprudences fédérale et européenne, la liberté d’expression «vaut non seulement pour les informations et idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais également pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l’Etat ou une partie de la population». Cela ne signifie pas que la liberté d’expression soit sans limites. Mais les restrictions sont sévèrement encadrées: elles doivent reposer sur une base légale, viser un intérêt public et être «nécessaires dans une société démocratique», pour reprendre le texte de la Convention européenne des droits de l’homme (art. 10).

Toutes les législations restreignent ainsi l’expression des opinions qui portent gravement atteinte à l’ordre public (par exemple, en incitant au crime), ou violent les droits des individus (par exemple, l’injure). La plupart des Etats européens ont fait un pas de plus en introduisant dans leurs législations des dispositions pénales réprimant l’expression des opinions qui discriminent en raison de la race, de l’ethnie ou de la religion. Cette évolution est récente à l’aune de l’histoire des droits de l’homme, à l’instar de la norme antiraciste helvétique qui n’est en vigueur que depuis le 1er janvier 1995.

Les Etats-Unis suivent un chemin différent: tel qu’interprété par la Cour suprême, le premier amendement de la Constitution américaine protège toutes les opinions, quel que soit leur contenu. La principale organisation américaine de défense des droits fondamentaux – l’ACLU (American Civil Liberties Union) – a ainsi défendu jusqu’à la Cour suprême le droit des néonazis à manifester dans la célèbre affaire de Skokie. Ce précédent fut par la suite utilisé en faveur des opposants à la guerre du Vietnam.

Reste qu’en pratique la frontière entre le licite et l’illicite s’avère délicate à tracer. Lorsque la ville de Genève avait refusé de louer une salle de spectacle à Dieudonné en 2009, le Tribunal fédéral avait donné raison à l’artiste tout en n’excluant pas une interdiction pour un futur spectacle qui comporterait des violations manifestes du Code pénal. Le Conseil d’Etat français a lui penché pour l’interdiction du show le plus récent de l’artiste français, Le Mur, après des décisions contraires des instances inférieures. La récente condamnation de la Suisse par la Cour européenne des droits de l’homme dans l’affaire Perinçek, après que les tribunaux helvétiques ont tous condamné l’intéressé pour ses propos niant l’existence du génocide arménien de 1915, est une autre illustration de la casuistique.

Il n’y a en général pas d’exception artistique: Dieudonné ne peut donc se cacher derrière l’humour ou l’ironie. Le Code pénal suisse prévoit toutefois une telle exception pour les représentations relevant de la pornographie dure, considérées comme licites si elles ont une valeur culturelle digne de protection (art. 197 CP): cela explique que l’on trouve les œuvres du marquis de Sade dans toutes les bonnes librairies, tandis que les mêmes écrits vaudraient à un plumitif moins alerte les foudres du juge pénal. Mais les artistes n’ont pas droit à la même clémence lorsqu’ils s’aventurent sur le terrain des représentations de la violence (art. 135 CP) ou tiennent des propos discriminatoires (art. 261bis CP).

Enfin, on peut douter de l’efficacité de l’intervention préalable des autorités. Le développement des moyens de communication – et notamment d’Internet – rend les interdictions préalables encore plus illusoires qu’à l’époque de la censure où déjà les livres interdits circulaient sous le manteau. Dieudonné a ainsi donné son spectacle Le Mur à Paris pendant plusieurs mois dans une certaine indifférence. L’interdiction ministérielle de ce même spectacle n’a concerné que quelques centaines de spectateurs, tandis que des milliers d’internautes peuvent le visionner sur le Net.

La protection des droits fondamentaux ne peut dépendre de la sympathie plus ou moins grande que nous inspire la personne qui en bénéficie. Les opinions de Dieudonné rebutent sans doute bon nombre de citoyens, mais quelles seront celles qui dérangeront la majorité ou inquiéteront le pouvoir demain? La force d’une société se mesure aussi par sa tolérance vis-à-vis des opinions et idées qui la menacent et de sa capacité à les combattre par le débat.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/25112
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/25112 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Le titre de l’article me semble mal inspiré et part d’un postulat sousentendu par l’auteur, bien qu’il ne l’explique pas, que Dieudonné serait un ennemi de la liberté. De plus, l’auteur  indique que les artistes n’ont pas droit à la même clémence lorsqu’ils s’aventurent sur le terrain des représentations de la violence (art. 135 CP) ou tiennent des propos discriminatoires (art. 261bis CP). L’auteur n’a visiblement pas la télévision et/ou ne va pas au cinéma.  

    • Mon article ne se voulait pas un commentaire des idées politiques de Dieudonné (on rappellera qu’il avait déposé une liste « anti-sioniste » dans la circonscription de l’Ile-de-France aux élections européennes de 2009). Les valeurs qu’il défend avec d’autres sont aux antipodes de celles que je considère essentielles à l’Etat de droit et à la démocratie.

  • 2
    Laurent Ducommun

     
    « La force d’une société se mesure aussi par sa tolérance vis-à-vis des opinions et idées qui la menacent et de sa capacité à les combattre par le débat » dites-vous, cher Alex Dépraz.
     
    Je suis souvent pleinement d’accord avec vous dans vos prises de positions sur DP, mais là je vous trouve un peu beaucoup naïf.
     
    La peste brune, puisqu’il s’agit de cela en parlant de Dieudonné, doit être combattue énergiquement et sans concessions, dès qu’elle se manifeste dans le domaine public (sans jeu de mots).
     
    Dieudonné a été condamné (six fois, sauf erreur) en France pour incitation à la haine. Il n’est plus actuellement un humoriste mais un provocateur d’extrême-droite. Oui, c’est un ennemi de la liberté et doit donc être combattu avec force, comme déjà dit. Cela n’a rien à voir avec la liberté d’expression.
     
    On cite souvent sur un tel sujet – hors de son contexte d’ailleurs et de l’époque d’absolutisme royal dans laquelle son auteur vivait – la fameuse phrase de Voltaire « Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer ». Je ne suis pas historien, donc je n’ouvrirai pas un débat sur Voltaire et son époque. Mais pas mal d’historiens débattent aujourd’hui encore sur l’antisémitisme profond de Voltaire, alors qu’il est par ailleurs considéré comme un phare du Siècle dit des Lumières…
     

    • Merci pour votre commentaire. Je suis tout aussi naïf que les fondateurs des Etats-Unis d’Amérique dont la Constitution démocratique (quelles que soient les critiques qu’on peut en faire) est appliquée depuis plus de 200 ans sans discontinuer (mais je sais que cette conception libérale à laquelle je suis profondément attaché est un peu en perte de vitesse dans nos sociétés). Sauf erreur, la citation que vous attribuez à Voltaire est apocryphe (en revanche, la phrase « pas de liberté pour les ennemis de la liberté » dont je me suis inspiré est attribuée à St.Just) mais il est vrai que je peux me retrouver dans sa philosophie peut-être naïve de tolérance vis-à-vis d’idées que je désapprouve.

  • 3
    Berney Philippe

    S’agit-il d’idées quand on nie, déforme, ou salit une réalité historique parfaitement établie et incontestable? A mon humble avis tout devrait dépendre des arguments avancés de leurs plausibilités etc. Pensez-vous que ce soit le cas des élucubrations de la plupart des humoristes? Ne mettons pas tout dans le même panier.    

1 Rétrolien

  1. […] Lire la suite… […]

    Cité par Faut-il protéger la liberté des ennemis de la liberté ? | Voltairopolis - 27 janvier 2014 à 16 h 30 min

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP