Mode lecture icon print Imprimer

Marché des entreprises et marché de l’emploi

La baisse des nouvelles implantations étrangères n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle

La Suisse est-elle devenue moins attractive pour les entreprises étrangères en quête d’implantation? Les chiffres semblent le confirmer. Pourtant il n’y a pas de quoi s’inquiéter, bien au contraire.

En 2012, le nombre des nouvelles implantations a baissé de 20% par rapport à l’année précédente. La baisse est même de 40% pour la création d’emplois, selon la Conférence des directeurs cantonaux de l’économie publique.

La Neue Zürcher Zeitung (21.9) mentionne une série de causes explicatives de ce phénomène. L’insécurité du droit tout d’abord, avec les initiatives Minder, 1:12, pour un salaire minimum, sur l’imposition des successions, sur l’immigration; l’incertitude qui règne à propos de la fiscalité des entreprises, de la correction à apporter à l’exemption fiscale des apports en capitaux; enfin la remise en question de l’imposition forfaitaire. Le franc fort est également mentionné.

Du côté des autorités en charge de la promotion économique, on met en évidence une nouvelle stratégie qui privilégie la qualité et la durabilité des nouvelles implantations plutôt que leur nombre.

Pour Emmanuel Garessus, fidèle relais de la pensée libérale (Le Temps, 25.9), ce recul traduit une «adaptation de l’économie» qui réagit à un «climat hostile au profit et à la concurrence et anticipe les changements possibles».

Dans le même temps, l’Office fédéral de la statistique annonce un nouveau record, celui des actifs – 4,82 millions de personnes au 30 juin dernier –, soit une augmentation de 1,3% par rapport à 2012, alors que dans le même temps l’emploi a baissé de 0,4% au sein de l’Union européenne.

La Suisse ne semble donc pas guettée par un effondrement du marché de l’emploi. Par contre, la nécessaire remise en question des conditions cadres, notamment fiscales, que nous impose à juste titre l’Union européenne risque bien de nous faire perdre ces entreprises volatiles toujours à la recherche du moins-disant d’impôts, faiblement créatrices d’emplois et grandes importatrices de main-d’œuvre étrangère.

La meilleure manière de combattre les pulsions xénophobes qu’engendre une politique de promotion économique tous azimuts, n’est-ce pas de miser sur des entreprises à implantation durable qui font le choix de la Suisse pour la compétence de sa main-d’oeuvre, la qualité de ses infrastructures et sa stabilité politique et sociale? Des atouts qu’une politique de croissance inconsidérée finirait par mettre à mal.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/24328
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/24328 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.