Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

«Shops»: quand les syndicats se trompent de bataille

Qui doit arbitrer entre les besoins des salariés et ceux des consommateurs?

Photo TCS
Photo TCS (licence CC)

En lançant un référendum contre la révision de la loi sur le travail, les syndicats se sont trompés de bataille. Le véritable combat est à venir et portera sur l’extension des heures d’ouverture des commerces et l’amélioration des conditions de travail des salariés.

La défaite de syndicats, appuyés par les Eglises et des milieux de la santé, peut paraître à première vue surprenante. La plupart des scrutins cantonaux et locaux n’ont-ils pas clairement montré un refus de l’extension des heures d’ouverture des magasins? Sur cette base, les référendaires ont mené une campagne «contre la journée de travail de 24 heures».

L’argument n’a pas porté parce que la révision combattue n’implique pas d’ouverture accrue. Elle permet aux stations-service des aires d’autoroute et des axes de grande circulation d’offrir à la clientèle l’entier de leur assortiment 24 heures sur 24, alors que jusqu’à présent seuls les carburants et la restauration étaient disponibles de 1h à 5h du matin. Verra-t-on dès lors se multiplier ce genre de commerce? Tout dépendra de l’interprétation donnée aux «axes de grande circulation». Comme la majorité des cantons a rejeté cette libéralisation en procédure de consultation, il est probable que la pratique sera restrictive. Par ailleurs, l’exigence de rentabilité freinera l’ouverture de nouveaux shops. Quant aux conditions de travail des employés, les négociations pour une convention collective au niveau national devraient débuter incessamment.

Le véritable combat est encore à venir. Car le Parlement a déjà adopté deux motions enjoignant au Conseil fédéral d’étendre les heures d’ouverture des commerces de détail. La première demande une harmonisation des heures d’ouverture, de 6 à 20h en semaine et de 6 à 19h le samedi. La seconde vise à adapter la loi sur le travail aux besoins de l’industrie touristique, à savoir une extension de l’ouverture dominicale.

Plus radicaux, les Verts libéraux envisagent une libéralisation complète des heures d’ouverture pour les commerces de moins de 120 mètres carrés – c’est la superficie maximale fixée pour les shops de stations-service –, afin d’éviter une distorsion de concurrence. Le Conseil fédéral rejette cette dernière motion et le Parlement suivra sans doute cet avis. Quant à l’extension des heures d’ouverture, elle devra faire l’objet d’une révision de la loi et pourra être combattue en référendum.

Les syndicats défendent les conditions de travail des salariés du commerce de détail. Mais quelle est la stratégie la plus adéquate? Se battre pour le maintien des réglementations existantes, pas toujours satisfaisantes pour les consommateurs, des réglementations disparates qui par ailleurs génèrent un tourisme d’achat intercantonal? Ou négocier avec les partenaires patronaux des compensations – par exemple salariales, en temps libre, en aménagement des horaires – en échange d’une extension modérée des heures d’ouverture là où elle répond à un véritable besoin?

Jusqu’à présent le corps électoral a plutôt penché pour le statu quo. Mais cette préférence peut changer, notamment parce que les horaires actuels des commerces recoupent de plus en plus les horaires de travail des actifs. Et si un jour une réglementation plus libérale trouve une majorité populaire, la capacité de négocier des syndicats s’en trouvera affaiblie.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/24286
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/24286 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Bravo à JD Delley pour son article sur l’ouverture des « shops », et plus généralement les heures d’ouverture des commerces. Considérer une question dans sa globalité et non, comme le font trop souvent les syndicats, de manière sectorielle, unilatérale, telle est l’attitude que devrait avoir une gauche responsable. Fils d’un syndicaliste d’autrefois (Pierre Aragno, secrétaire romand FCTA 1921-1947, et rédacteur du journal « Solidarité » jusqu’en 1967), j’avoue avoir eu, dans mon milieu familial, une autre vision de l’idéal syndical que l’attitude souvent quelque peu bêlante du monde syndical actuel, qui s’expose surtout à « recevoir des baffes » parfois méritées !

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP