Mode lecture icon print Imprimer

Un aventurier de la coopération

Nicholas Bennet, «A Hauteur de conscience», Ed. Antipodes, 311 pages, 2013

«J’entends et j’oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends.» Cette maxime qui pourrait être de Confucius, Nicholas Bennett l’a faite sienne. Dans un livre récemment traduit en français, cet aventurier de la coopération nous emmène sur les pistes et dans les villages qu’il a parcourus en Asie et en Afrique tout au long de sa carrière d’expert du développement.

Mais Nicholas Bennett n’a rien de commun avec les experts qui transportent dans leurs bagages des théories élaborées dans les bureaux des grandes institutions internationales. C’est d’abord un homme de terrain. A 17 ans, il marche neuf mois de la côte ghanéenne à Tombouctou.

Sa formation d’économiste en poche, il comprend très vite que la croissance à l’occidentale ne fait qu’élargir les écarts de revenu et accélérer la dégradation de l’environnement, sans améliorer significativement la situation des plus pauvres. Aussi Bennett s’enracine-t-il dans les pays où il est amené à intervenir: il a vécu cinq ans en Ouganda, neuf ans en Thaïlande, sept ans au Népal, autant au Ghana, trois ans au Cameroun et autant ans en Ethiopie. Au Népal, il loge avec sa famille dans une maison de pisé sans eau et sans électricité.

De sa première expérience en Ouganda, où à 22 ans il est chargé d’élaborer un plan quinquennal, il conclut que, pour avoir un impact, il faut travailler dans le présent. Car demain est lourd d’inconnues, de bouleversements. Bennett a connu trop de coups d’Etat, de guerres et de régimes destructeurs pour croire encore aux planifications à long terme.

Aussi Bennett met-il l’accent sur l’éducation. Non pas par des modèles importés, mais en créant des situations qui encouragent les gens à agir. Ainsi dans un village du Népal dont les habitants souffrent de diarrhées et de parasites intestinaux parce qu’ils défèquent à proximité de leurs maisons, contaminant les sources: dans le cadre d’une classe d’alphabétisation, il pose sur la table un plat de riz blanc et une assiette d’excréments saupoudrés d’épices rouges. Les participants observent comment le riz devient progressivement rose. Puis ils comprennent que les mouches transportent la poudre d’épices sur le riz. Après discussion, les participants conviennent que les mouches transportent également des excréments. Le plan d’action se met en place: le lendemain déjà, les villageois se mettent à creuser des latrines et enterrent même le fumier de leur bétail, ce qui se révélera être une manière efficace de composter.

L’ouvrage de Bennett fourmille d’exemples de ce genre. Avec humour et empathie, avec réalisme aussi – il dénonce aussi bien la corruption des élites locales que l’aide très intéressée de l’Occident –, l’auteur aujourd’hui décédé nous fait partager une vie d’engagement et d’aventure au service des plus défavorisés de la planète.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/24084
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/24084 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.