Mode lecture icon print Imprimer

LAT: des arguments surprenants de la part des autorités valaisannes

Votation du 3 mars: le «Sonderfall Wallis»

L’argumentaire présenté le 6 février 2013 par le gouvernement valaisan pour s’opposer à la révision de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) est révélateur de l’incapacité des autorités de ce canton à aborder les véritables enjeux de son territoire.

Elles ne peuvent admettre le surdimensionnement des zones à bâtir et le mitage du territoire. Le discours sur les atteintes au fédéralisme est purement déclamatoire. Et lorsque le gouvernement voit dans cette révision une attaque frontale contre les intérêts des régions de montagne, il oublie de dire pourquoi tous les cantons alpins appuient cette révision.

Les spécificités du Valais – notamment le nombre élevé de propriétaires – ont été reconnues par les partisans de la révision. Doris Leuthard a parlé de la nécessité de solutions quasi ad hoc avec un délai plus long pour le dimensionnement. La création de zones de réserve ou d’affectation différée (pratiquée dans les Grisons) est une solution possible pour les propriétaires qui affirment vouloir garder du terrain pour leurs enfants. Le Valais n’y pense pas. Peut-être que derrière un père de famille soucieux du patrimoine familial se cache aussi un petit spéculateur? Il est vrai que le canton est en pleine campagne électorale.

Pour justifier la dimension généreuse des zones à bâtir valaisannes, le Conseil d’Etat prend en compte les nuitées touristiques. Surprenant! Dans une interview de la radio romande, le conseiller aux Etats Jean-René Fournier s’était déjà permis de relever que la consommation du sol par habitant n’était pas excessive si on tenait compte du nombre de nuitées passées par les touristes en Valais. De 700 mètres carrés par habitant, la consommation du terrain à bâtir passait selon lui à 400, ce qui situe le Valais dans la moyenne suisse.

Dans cette même interview, Jean-René Fournier a aussi lourdement insisté sur un argument: on veut déshabiller Pierre pour habiller Paul. Autrement dit, on va bloquer le développement des régions périphériques, comme le Valais, pour favoriser le développement des régions urbaines. Argument irrecevable, car la délimitation des zones à bâtir à prévoir pour les quinze ans à venir restera toujours de la compétence cantonale. Il appartiendra à chaque canton de maîtriser son urbanisation en fonction de ses objectifs de développement économique et démographique. En aucun cas le zonage valaisan ne sera freiné pour compenser d’éventuelles expansions sur le Plateau.

Le surdimensionnement des zones à bâtir est un fait reconnu. La position des autorités communales nous laisse aussi songeurs. Elles se sont déclarées compétentes au moment de la création des zones à bâtir. Aujourd’hui, elles affirment ne plus être en mesure de les redimensionner. C’est vraiment une politique de la distribution des droits à bâtir, mais on refuse d’assumer les responsabilités confiées aux autorités communales par la nouvelle LAT. En Valais, seuls les propriétaires devraient avoir droit au chapitre en matière d’aménagement.

La principale faiblesse des autorités valaisannes réside dans la très grande difficulté du canton à remplir son rôle face aux communes. Il n’a jamais voulu anticiper et prendre les dispositions nécessaires à une bonne gestion du territoire. Des cantons avec des particularités proches de celles du Valais, comme les Grisons et Berne, se sont attaqués à ce redimensionnement avec la collaboration des communes. Il y a plus de dix ans que ce travail est en cours. Le Valais, lui, attend, peinant à aborder cette problématique.

Le chef du département en charge de l’aménagement du territoire, Jean-Michel Cina, a présenté le 10 décembre 2012 un avant-projet de concept cantonal de développement territorial. Il a justifié ce concept en affirmant: «Nous ne voulons pas d’une ville qui irait de Monthey à Brigue» et «Un canton innovant exige une utilisation responsable de son espace vital et de ses ressources». Il suffirait que ce concept prenne en compte les nouveautés de la LAT pour que le Valais amorce sa mue en aménagement du territoire en introduisant un véritable partenariat entre le canton et ses communes.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/22719
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/22719 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.