Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

En marge de l’année Rousseau: une biographie exhaustive de Madame de Warens

Anne Noschis, «Madame de Warens, éducatrice de Rousseau, espionne, femme d’affaires, libertine», Vevey, Ed. de L’Aire, 2012, 486 pages

Photo Ed. de l'Aire
Photo Ed. de l'Aire

Chacun a à l’esprit les lignes admirables par lesquelles débute le Livre sixième des Confessions de Jean-Jacques Rousseau: «Ici commence le court bonheur de ma vie; ici viennent les paisibles, mais rapides moments qui m’ont donné le droit de dire que j’ai vécu. Moments précieux et si regrettés! (…) Je me levais avec le soleil, et j’étais heureux; je me promenais, et j’étais heureux, je voyais Maman, et j’étais heureux»

La maison des Charmettes, sur les hauts de Chambéry, est devenue un véritable lieu de pèlerinage, attaché à la personne du grand écrivain, mais aussi à celle de sa protectrice, de son égérie, de son initiatrice, Madame de Warens (1699-1762), née Françoise-Louise de la Tour. Les sites qui entourent sa naissance à Vevey, transfigurés dans La Nouvelle Héloïse, allaient eux aussi devenir le but de nombreux voyageurs, et initier le tourisme lémanique. Jean-Jacques nous décrit celle qu’il appellera Maman : «Elle avait un air caressant et tendre, un regard très doux, un sourire angélique (…) il était impossible de voir une plus belle tête, un plus beau sein, de plus belles mains et de plus beaux bras.» (Livre deuxième). Mais jusqu’ici – hormis quelques études à elle consacrées – nous ne la connaissions, pour ainsi dire, que par réfraction, à travers les yeux de Jean-Jacques, et sur une période limitée de sa vie.

Anne Noschis, enseignante dans un Gymnase vaudois, a eu l’heureuse idée de lui consacrer une vaste biographie, Disons-le d’emblée: l’ouvrage pèche par surabondance, comme si l’auteure, romancière expérimentée mais faisant ses premières armes d’historienne biographe, n’avait pu se résoudre à élaguer les fruits d’un travail de recherche par ailleurs remarquable. Ainsi, on peut se demander si l’inventaire complet des vêtements de Mme de Warens ou de son époux, Sébastien-Isaac de Loys, présente vraiment un intérêt majeur pour le lecteur. Cette réserve étant faite, il faut souligner la grande richesse et l’intérêt du livre.

Ce dernier constitue une véritable fresque du Pays de Vaud sous la férule bernoise, et du royaume du Piémont-Savoie. On y apprend notamment de multiples choses sur l’économie locale. Saviez-vous par exemple que l’on cultivait le lin et le chanvre sur le site actuel de Dorigny? que les montagnes de Savoie renfermaient de bons filons de lignite? ou, dans le domaine de la foi, que le piétisme venu d’Angleterre était une manière indirecte de résister à la mainmise sur le pays de Leurs Excellences de Berne? Anne Noschis présente, par ailleurs, de manière extrêmement claire la concurrence religieuse qui fait rage entre, d’une part la ville de Genève et l’Etat de Berne protestants, d’autre part la très catholique Savoie du roi Victor-Amédée II, qui cultive des plans de reconquête armée de ses anciennes propriétés, la cité de Calvin et le Pays de Vaud. C’est passionnant comme un roman d’espionnage, d’autant plus que Mme de Warens y sera mêlée comme espionne! Car si l’auteure s’ingénie à décrire le contexte économique, politique et social dans lequel évolue son héroïne, c’est bien sûr à elle qu’est consacrée la majeure partie de l’ouvrage.

Or Françoise-Louise en vaut la peine! Orpheline, mariée à 14 ans pour des raisons où la dot joue un rôle important, épouse peu heureuse dans une union dont elle s’affranchit par sa fuite rocambolesque de 1726 vers Chambéry, elle s’affirme tôt comme une femme de tête et de volonté, une féministe avant la lettre. L’épisode de sa conversion et de sa très théâtrale abjuration est l’un des plus intéressants du livre. En affirmant «Quel qu’eût été le motif de son changement de religion, elle fut sincère dans celle qu’elle avait embrassée», Rousseau, qui pourtant idéalise sa bienfaitrice, nous met la puce à l’oreille. Tout acquise à la Contre-Réforme, la monarchie savoyarde ne lésinait pas, en effet, à mettre la main à la bourse pour offrir des pensions aux convertis arrachés à l’hérésie «soi-disant réformée»… Anne Noschis précise par ailleurs ce que l’on soupçonnait déjà, le rôle d’espionne, d’agent secret de Mme de Warens, à la solde du roi du Piémont, dont l’une des tâches aurait été de préparer l’insurrection des nobles vaudois contre Berne. Elle nous renseigne aussi sur les dons d’entrepreneuse (notamment dans l’exploitation des mines) et de femme d’affaires – souvent imprudente dans ses mises de fonds – de son personnage.

Quant à la rencontre avec Jean-Jacques Rousseau et leur vie commune dans le site idyllique des Charmettes, elles nous sont évidemment mieux connues – bien qu’unilatéralement – par les pages immortelles des Confessions. On retrouve dans cette biographie des personnages devenus célèbres par l’évocation qu’en fait Jean-Jacques: par exemple Mesdemoiselles Gallay et de Graffenried, dont le nom est indissolublement lié à «l’épisode des cerises». L’auteure apporte d’utiles compléments sur le ménage à trois qui unit Maman, Jean-Jacques, Claude Anet puis Jean-Samuel Wintzenried. On regrettera cependant qu’Anne Noschis n’ait pas jugé bon d’utiliser les analyses convaincantes de Jean Starobinsky et Pierre-Paul Clément sur la sexualité de Rousseau, c’est-à-dire le lien entre la mort de sa mère à sa naissance et sa crainte de l’acte sexuel «qui tue». En nous éclairant sur l’important réseau social de la baronne, elle propose des clés qui nous permettent de mieux comprendre les rapides succès musicaux et littéraires de son protégé.

Madame de Warens n’a sans doute pas «fait» Jean-Jacques Rousseau, ce serait outrancier que de l’affirmer. Mais, comme le montre l’auteure avec force et conviction, elle a été pour son protégé une éducatrice, une inspiratrice sans laquelle le jeune apprenti fuyant son maître genevois fût peut-être resté «un éternel vagabond, colporteur dans le meilleur des cas, brigand dans le pire» dont nul, aujourd’hui, n’eût songé à commémorer le tricentenaire de la naissance. Par son livre toujours précis et souvent chaleureux, Anne Noschis comble une lacune historiographique.

Signalons aussi que le Musée historique de Vevey (avec le concours d’Anne Noschis) consacre une exposition à Madame de Warens (Vevey 1699 – Chambéry 1762). Amie, maîtresse et bienfaitrice de Jean-Jacques Rousseau, jusqu’au 6 janvier 2013.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/21313
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/21313 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP