Mode lecture icon print Imprimer

Jacques Pâris de Bollardière : Un pacifiste de combat

«D’un homme qui a peur de mourir, je ne peux rien faire. D’un guerrier, je peux faire un non-violent» disait Gandhi. Telle fut l’évolution de Jacques Pâris de Bollardière, que l’on ne pouvait accuser d’être un «pacifiste bêlant»! Né en 1907 dans un milieu profondément catholique, il sera habité jusqu’à  sa mort par une foi ardente et exigeante. Issu d’une lignée de militaires où l’Armée française était une seconde famille, il embrasse tout naturellement la carrière des armes.

A Saint-Cyr, cet admirateur de Lyautey est déçu par le culte de l’obéissance aveugle, qui explique l’adhésion ultérieure du corps des officiers à Vichy plutôt qu’à de Gaulle. Bollardière connaît son baptême du feu à  Narvik. Dès juin 1940, il gagne Londres. Il participera à tous les combats de la France Libre et organisera la Résistance dans les Ardennes. Compagnon de la Libération, il sera en 1945 le soldat le plus décoré. Puis il commande les troupes aéroportées en Indochine (1946-53). La guerre d’Algérie déterminera le premier grand tournant de sa vie.

Commandant un secteur de la Mitidja, le jeune général apparaît, par ses méthodes intelligentes et humaines qui rallient la population, comme «le plus dangereux» adversaire du FLN (col. Azzedine). Choqué dans sa conscience de chrétien par la torture systématiquement pratiquée pendant la «bataille d’Alger», il s’opposeen mars 1957 à  Massu. Grâce à  La Question d’Henri Alleg, à  Bollardière, Jules Roy, J.-J. Servan-Schreiber et quelques autres, la torture (longtemps occultée) est restée jusqu’à  nos jours objet de débat en France.

Bollardière précisera sa pensée en 1972 dans Bataille d’Alger,bataille de l’homme, démontrant non seulement le caractère abject, mais encore l’inefficacité de ces méthodes. Condamné à  60 jours d’arrêt, quasi limogé, puis démissionnaire de l’armée, il doit entamer une difficile réinsertion dans la vie civile ; il se vouera à  l’éducation populaire. En même temps s’opère le deuxième grand tournant de sa vie, en partie sous l’influence de son épouse Simone : l’adhésion du guerrier à  la non-violence. Trente ans d’opérations l’ont convaincu de l’inanité des solutions militaires et de l’absurdité de la guerre.

«Bollo», l’ancien baroudeur, va s’engager dans une série d’actions (notamment contre l’armement atomique et les essais nucléaires français, dans le périmètre interdit de Mururoa en 1973) où il
transposera son «esprit para» et son goût du risque. Il s’investit aussi dans le mouvement autonomiste breton, pour un socialisme autogestionnaire, soutient les paysans du Larzac, au risque que son engagement généreux soit parfois exploité… Son pacifisme n’est nullement une acceptation passive de l’oppression et du statu quo, mais «une démonstration de force qui refuse tout ce qui est contraire à l’amour».

Même sur le plan personnel et familial, Bollardière connaît une profonde évolution : le chef, époux et père autoritaire, est devenu un homme attentif aux autres. Un cancer l’emporte le 22 février 1986. A l’instar d’un Bigeard, Jacques Pâris de Bollardière fut un excellent militaire et un entraîneur d’hommes, mais doté de surcroît d’une conscience morale, qu’il a mise en actes. Vingt ans après sa mort, il reste un exemple.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/21057
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/21057 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.