Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La cupidité en première ligne

Premières sanctions liées aux manipulations du Libor

Photo Jez Nicholson
Photo Jez Nicholson (licence CC)

Les enquêtes concernant les manipulations du Libor progressent (DP 1946). Elles viennent de faire une victime de choix. Les autorités de surveillance britannique (Financial Services Authority, FSA) et américaine (Commodity Futures Trading Commission, CFTC) ainsi que le Département de la justice des Etats-Unis ont infligé des amendes pour un montant total de 290 millions de livres (environ 430 millions de francs) à la banque britannique Barclays.

La somme est coquette. Elle s’explique par le fait que les manipulations ont porté sur des montants importants, qu’elles ont été fréquentes et se sont étendues sur une longue période. Les faits incriminés ressortent de 257 messages échangés entre des personnes employées à Londres, Tokyo et New York, entre 2005 et 2009.

Les premières manipulations recensées ont eu pour seul objectif d’améliorer les résultats de certains traders, donc leurs rémunérations. Parvenir à faire bouger le Libor d’un point de base (un centième de pourcentage) peut se traduire par un gain net de plusieurs millions de francs. Ce qui constitue évidemment une forte invitation à tricher. Après la faillite de Lehman Brothers (mi-septembre 2008), les manipulations ont aussi eu pour but, comme on pouvait le suspecter, de cacher le fait que la banque devait s’acquitter d’une prime de risque pour emprunter sur le marché interbancaire.

L’enquête conduite par les autorités de surveillance conclut que des dirigeants et des employés sur trois continents ont tenté, durant plusieurs années, de manipuler les taux d’intérêt qui servent de référence pour leur propres opérations commerciales, pour celles d’autres établissements et pour protéger leur réputation durant la récente crise financière. Ces pratiques répréhensibles étaient généralisées et régulières.

De telles appréciations ne laissent guère planer de doutes sur l’ampleur des méfaits commis. On peut en déduire quelques points importants.

Etonnement toujours renouvelé

Une nouvelle fois, on ne peut pas faire confiance aux grandes banques. Elles prétendent qu’il existe en leur sein des murailles de Chine (Chinese Walls) qui doivent éviter les conflits d’intérêts. Par exemple, dans le cas du Libor, entre la gestion de la trésorerie, chargée de communiquer les informations relatives aux taux pratiqués sur le marché interbancaire, et le négoce, où sont achetés et vendus les produits financiers indexés sur le Libor. Or les enquêtes des autorités de surveillance montrent que ces murailles de Chine n’avaient nullement l’étanchéité proclamée. D’où cet étonnement toujours renouvelé de constater à quel point des personnes peuvent se moquer des règles professionnelles les plus élémentaires par simple et pure cupidité.

Malgré l’amende salée infligée, les problèmes de Barclays ne sont pas terminés. Les considérations relevées dans les rapports d’enquêtes des autorités britanniques et américaines contiennent une foule d’informations – en particulier quand et de combien les taux Libor ont été manipulés – qui pourraient permettre à des personnes lésées d’engager des actions contre la banque, et même, aux Etats-Unis, des «class actions». Par ailleurs, les enquêtes se poursuivent à l’encontre d’autres établissements.

Enfin on est toujours en attente de savoir quelles mesures seront prises pour éviter à l’avenir que les taux de références pour la livre anglaise, l’euro, le yen, le dollar, le franc etc. ne puissent plus faire l’objet de manipulations.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/20956
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/20956 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP