Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Les partis suisses en proie au franc fort

Concordance dans la discorde

Photo Omnitographer
Photo Omnitographer (licence CC)

Quelle semaine! Lundi 1er août, les quatre grands partis font tous assaut de patriotisme ardent; le vendredi, confrontés au franc fort, ils se retrouvent par paires.

Certes, le ton et la manière diffèrent mais l’on décèle des analogies frappantes dans les revendications exprimées par les duettistes, par ailleurs rivaux dans la morne campagne (DP 1919) en vue des élections nationales du 23 octobre prochain. En clair, le franc fort a rapproché les démocrates du centre des libéraux-radicaux et les démocrates-chrétiens des socialistes.

Mouvement à droite

Le mercredi 3 août, l’UDC lance son «programme de revitalisation» de l’économie, selon les vieilles recettes du libéralisme: affaiblissement de l’Etat fiscal et régulateur, flexibilisation du marché du travail, réduction du prix de l’énergie électrique et maintien du nucléaire, diminution des charges bureaucratiques et administratives des entreprises y compris, tout en fin de liste, la revendication d’une gestion plus efficace de l’immigration.

Le parti libéral-radical y reconnaît de suite son propre programme de janvier dernier, lui-même inspiré des catalogues émis une vingtaine d’années plus tôt par economiesuisse, qui s’appelait encore Vorort. Avec soulagement, le PLR voit matière à entente avec son suspect allié qu’il salue d’un communiqué  réjoui:«L’UDC soutient la cure de fitness du PLR». Le Tages-Anzeiger donne à la nouvelle et fragile entente à droite une allure pathétique: Christoph Blocher, plus soucieux que jamais de rester à l’avant-scène, se retrouve aux côtés de Fulvio Pelli, le plus mal coté des présidents de partis suisses.

Mémoire sélective ou primat stratégique, maître Blocher semble avoir oublié que, le 23 juin dernier, il affirmait que l’appréciation du franc faisait l’objet d’une dramatisation chimérique et ne nécessitait aucune intervention de la part de l’Etat.

Mouvement au centre gauche

Le vendredi 5 août, le PDC y va à son tour d’un communiqué dans lequel il résume un papier de position datant du 29 juillet et détaillant les mesures à prendre pour renforcer la classe moyenne et la préserver des effets négatifs du franc fort. Une heure plus tard, le PS réagit par un communiqué plutôt sec rappelant sa propre réflexion du 21 juillet intitulée «Défendre les classes moyennes, c’est défendre tout le monde!».

De toute évidence, le PSS a mieux étudié son affaire et a pris une mesure d’avance dans l’analyse – ou carrément la découverte – des classes dites moyennes et de leurs problèmes. Cet effort sera porté à son crédit, tout comme sa contribution diversifiée aux nombreuses propositions faites récemment par les partis en matière de politique économique et monétaire.

Mouvement dans les urnes

Même si le parti socialiste s’en tire relativement mieux dans la campagne électorale soudain captée par le franc fort, les quatre grands partis perdront des suffrages cet automne par rapport à 2007. Sur ce point, les sondages, les commentaires en ligne et les blogs sont concordants. L’UDC, privée pour une durée indéterminée de son thème prioritaire de l’immigration, n’atteindra pas les 30% de voix encore escomptées ce printemps. Les quelque 600 commentaires suscités en un jour par l’article du TA sur les propos de Christoph Blocher s’avèrent en nette majorité négatifs.

Reste à savoir si le fait d’avoir la caisse électorale la mieux remplie aidera l’UDC, financée par les plus riches de ses membres et supporters, à l’emporter sur ceux qui combattent «pour tous, sans privilèges», comme le proclame le slogan du PS. A moins qu’une hypothèse plus vraisemblable se réalise: face aux problèmes posés par les spéculateurs et les tout puissants «marchés» sur lesquels les grands partis semblent avoir encore moins de prise que les gouvernements, les électeurs feront davantage confiance aux candidats de formations plus modestes et nouvelles, qui osent encore préconiser la sortie du nucléaire, la protection du paysage et un autre avenir pour notre petit pays comme pour l’ensemble de la planète.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/18205
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/18205 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Mme Jaggi conclut sont article par une évidence que l’on peut formuler autrement. Les partis qui axent leur campagne sur la démagogie et le populisme gagneront des voix, et ceci n’est pas nouveau, et n’est pas l’apanage de l’UDC.  Car osons le dire: la sortie du nucléaire et la protection du paysage sont des thèmes auxquels probablement la totalité de la population aimerait adhérer. Cela devient de la démagogie lorsque l’on n’accepte pas d’évoquer simultanément le prix à payer, et les conséquences sociales, pour ce qui est de la sortie du nucléaire en particulier.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP