Mode lecture icon print Imprimer

Le PLR et l’Europe: l’art de desservir le pays

On refuse de prendre la carte du «club», mais on exige de profiter de ses avantages

Photo de pizzodisevo Photo de pizzodisevo (licence CC)
icone auteur icone calendrier 18 octobre 2010 icone PDF DP 

Thématiques

A une majorité sans équivoque, les délégués du parti libéral-radical réunis à Herisau ont choisi la seule voie des bilatérales pour développer nos relations avec l’Union européenne. Pas d’adhésion, qui paraissait pourtant prometteuse aux radicaux aux temps lointains où Christiane Langenberger présidait provisoirement leur parti; pas d’EEE, que Jean-Pascal Delamuraz défendit avec les radicaux de toute son énergie – mais des bilatérales qui, seules, respecteraient notre souveraineté. La Suisse radicale ne s’habille pas confection, mais sur mesure.

Cette prise de position frappe d’abord par son inopportunité. Le Conseil fédéral vient d’annoncer qu’il s’en tenait au bilatéralisme. Cette prudence a fait des déçus disséminés, mais n’a provoqué aucun contre-courant. Pourquoi dès lors intervenir lourdement, si ce n’est par électoralisme? Ne pas laisser à l’UDC seule le bénéfice électoral de la résistance à l’Union.

Abécédaire UDC

Le choix des délégués fut préparé par un «papier de position» intitulé La Suisse face à la mondialisation. Politique extérieure autonome, libre-échange et médiation.

En ce qui concerne le refus d’envisager une adhésion à l’Union européenne, on est surpris de constater que l’argumentation, en quelques lignes, rejoint l’abécédaire de l’UDC: sauvegarde de la démocratie directe, refus de la hausse de la TVA, opposition aux versements obligatoires des fonds structurel européens.

Ce dernier point est révélateur. Ne faisant pas partie du «club» – c’est de ce nom qu’est affublée souvent l’Union européenne – nous n’avons pas à payer les pleines cotisations. Ce qui ne nous empêche pas de demander d’étendre par accord bilatéral l’exercice élargi de certaines professions, banques et assurances au sein de l’UE. Payer moins et gagner plus, le bilatéralisme vu d’Herisau.

Traîtres

L’UE a de son côté des revendications à faire valoir. Elles sont avant tout fiscales, imposition des personnes morales par les cantons, application du secret bancaire, etc. Tous les pays de l’UE, à la recherche de l’assainissement de leurs finances, imposent à leur population des sacrifices financiers. Ils seront dès lors d’autant plus durs avec les fraudeurs et ceux qui les protègent.

La Suisse sera mise sous pression. Elle résistera. Elle fera appel à tous, mêlant l’«honneur national» à la défense d’intérêts particuliers.

Ceux qui jugent déloyales certaines dispositions du droit fiscal suisse, et qui le disent et le diront à haute voix, seront repérés et disqualifiés. Déjà un éminent comitard radical a dénoncé les «traîtres». Il se vante de vouloir récidiver.

Le refus du parti libéral-radical de laisser ouvertes les options ne clarifie pas le jeu, comme s’en vante le président Pelli. Il aligne ce parti sur l’UDC. Il ne lui laisse pas la marge de manœuvre dont a besoin la nécessaire recomposition d’une majorité gouvernementale. Il introduit un vocabulaire de «guerre civile» dans le débat démocratique.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/15644
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/15644 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.