Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

L’armée indépendante et impuissante

Le chef des forces aériennes suisses lance une attaque destructive contre l’illusion d’une politique de défense autonome (Tages Anzeiger du 31 août)

Photo de Jamcib
Photo de Jamcib (licence CC)

Le Commandant de corps Markus Gygax propose que notre pays se joigne à l’Agence européenne de défense pour se protéger des missiles à longue portée, véritable menace des années à venir. Le mythe helvétique de la défense autonome ne subit pas là sa première agression. En février 1998, la Commission d’étude pour les questions stratégiques, présidée par l’ancien secrétaire d’Etat Edouard Brunner, défend une intense coopération internationale pour garantir notre sécurité. Le Conseil fédéral reprend les conclusions de la Commission Brunner. Son rapport de 1999 lance le slogan de «La sécurité par la coopération».

Cette nouvelle stratégie de défense est possible en respectant la neutralité. Codifiée dans les Conventions de La Haye, la neutralité se borne à interdire à la Suisse de prendre part à une guerre entre deux Etats. La participation en temps de paix à des alliances militaires qui contraindraient le pays à s’engager automatiquement dans un conflit doit également être écartée. Pour le reste, la Suisse est libre de mener la politique étrangère qui garantit le mieux sa sécurité. Le Conseil fédéral préconise donc un développement marqué de la coopération internationale : une participation accrue aux actions de l’ONU en faveur de la paix ainsi qu’au Partenariat pour la paix de l’OTAN, une coopération avec la politique de sécurité naissante de l’Union européenne et une possible coopération militaire avec les Etats neutres de l’Europe. Mais, force est de constater que les actes ne correspondent que fort modestement à l’ambitieux programme de 1999. Aujourd’hui, la Suisse figure au 115e rang dans le classement des Etats membres de l’ONU en terme de moyens mis à disposition d’opérations de maintien de la paix, reconnaît Denis Froidevaux, vice-président de la Société suisse des officiers. Berne n’envoie pas de casques bleus armés et refuse de participer avec l’UE à l’opération Atalante de lutte contre la piraterie maritime. Bref, la coopération avec l’étranger est figée dans un gel sibérien, avec la complicité active des pacifistes au Parlement (cf. DP 1867).

Publié en juin 2010, le Rapport sur la politique de sécurité, sans remettre formellement en cause les thèses d’ouverture défendues il y a dix ans, préfère mettre l’accent sur la coordination entre la Confédération et les cantons. Le Conseil fédéral de 2010 ne ressemble pas à celui d’il y a dix ans.

Aujourd’hui, c’est donc à l’intérieur même de l’armée qu’il faut chercher les forces d’ouverture. La récente prise de parole d’un officier supérieur en exercice aussi haut placé que Markus Gygax est un geste politique fort et inédit. Certes, un plus haut gradé encore, Christophe Kekeis, a condamné l’Alleingang militaire de la Suisse. Mais c’était en septembre 2008. Et le chef de l’armée venait de quitter son poste.

La prise de parole de Markus Gygax est courageuse. Mais sa stratégie de coopération avec l’Europe serait erronée. C’est en tous cas ce qu’affirme Otfried Nassauer, chef du centre d’information pour la sécurité transatlantique de Berlin. Un bouclier antimissile hors de prix, inimaginable pour la petite Suisse, dépasse également les capacités de la seule Europe. Seule l’OTAN est adaptée à un tel projet. Sur la base de l’analyse de l’expert berlinois, trois réponses sont possibles. On peut simplement ignorer les nouvelles menaces comme le font les nostalgiques de la défense autonome avec l’armée des chars et de l’artillerie. Ceux qui, politiquement, n’ont pas froid aux yeux préconiseront une adhésion à l’OTAN en abandonnant une neutralité dépassée par l’histoire. Et, troisième solution, pourquoi ne pas jouer réellement la carte de la sécurité par la coopération? La Suisse demanderait une protection de l’OTAN en échange de son engagement massif et militaire en faveur de la paix.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/15233
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/15233 - Merci

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  •  L’UDC commet une confusion coupable. La liberté, c’est la capacité de gérer ses dépendances. Ce n’est pas faire ce que l’on veut, car on n’est toujours interdépendant de son environnement, y compris sur une île déserte. De plus, dans un monde de plus en plus complexe, les solutions relèvent de la pluralité des approches, l’addition des compétences…
    Le prix devant être payé se traduit par une perte de maîtrise au profit d’une augmentation de la capacité d’expertise, d’une mise en commun des ressources et le renforcement des solidarités.
    À titre personnel, je suis plutôt pacifiste. Je préfère la paix à la guerre, l’harmonie au chaos, la santé au handicap, la vie à la mort. Je souhaite plutôt la justesse à la loi du plus fort ou à la loi de la jungle. Et vous ?
    Parce que si tel est le cas, il n’y a ni angélisme, ni attentisme, ni replis sur soi possibles. Le point de vue du Commandant de corps Gygax est frappé au coin du bon sens. C’est peut-être une telle personnalité qui aurait dû être placée à la tête de notre armée. Lui au moins semble croire en un projet raisonnable dans lequel il s’implique. Ne connaissant pas cet officier, cette dernière assertion exige cependant vérification.

  • Cet officier mérite d’être limogé

  • Il faut pas être un spécialiste pour comprendre qu’en Suisse il n’existe même pas l’espace pour entrainer suffisamment l’aviation; donc une défense complètement indépendante c’est une illusion depuis longtemps.
    A propos de Gygax: heureusement qu’il y a des gens qui ne sont pas hypocrites!

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP