Mode lecture icon print Imprimer

Egalité : La politique du sexe

icone auteur icone calendrier 5 mars 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Le pouvoir échappe toujours aux femmes malgré l’égalité de principe inscrite dans la Constitution. Les pratiques restent obstinément inégalitaires. La politique flatte les femmes et les repousse. Cibles électorales appétissantes, elles doivent batailler ferme pour accéder aux institutions. Gouvernements, parlements et tribunaux sont encore une affaire d’homme. Les femmes y rentrent au compte-gouttes via l’exploit de quelques personnalités hors du commun, loin d’une redistribution statistique normale, plus ou moins moitié moitié . Voilà pourquoi, après l’élection mortifiante du Conseil fédéral, les femmes ont décidé de passer à l’action. De reprendre le combat, ou du moins la partie engagée autrefois contre la domination masculine.

Le sens du combat
La contestation a duré le temps des manifestations de rue. Le bel élan s’est rapidement essoufflé. Les femmes ne forment pas un groupe homogène, une famille harmonieuse à l’écart des querelles. Il y a un mois, les femmes UDC accusaient les élues de gauche de politiser le regroupement naissant. Trop militantes à leur goût quand elles défendent le congé maternité rejeté par les décideurs du parti. La routine a repris d’un coup son train-train. Le projet d’un regroupement transversal a fait les frais des fractures partisanes apparemment asexuées, orchestrés en réalité par les hommes aux commandes.
D’autre part, et c’est plus inquiétant, les raisons de la lutte s’atrophient et perdent leur force mobilisatrice. Le féminisme n’est pas monolithique et il ne l’a jamais été. Aujourd’hui toutefois son profil se fragmente davantage. Il oscille entre des positions et un langage parfois dogmatiques – le refus radical de négocier avec le patriarcat – et la satisfaction pragmatique pour quelques avancées utiles à la vie quotidienne des femmes, à l’image des crèches. Et même la revendication d’un pouvoir effectivement partagé, à l’exception d’une colère habilement médiatisée à l’approche du 8 mars, n’alimente pas une convergence de vues susceptible de cimenter le mouvement et de renforcer sa véhémence. Le pouvoir d’accord, mais pourquoi faire?

Quitter les partis
La bienveillance intermittente des formations politiques traditionnelles risque de transformer la défense de la cause féminine en un slogan se vidant petit à petit de sa substance. La discrimination positive, avec le système des quotas de nouveau à la mode, malgré ses belles promesses, a peu de chances d’ébranler en profondeur le pouvoir masculin. Même limité, il dictera sa loi à la barbe de la représentativité imposée. A l’image de l’affirmative action américaine, qui a certes soulagé une partie de la population noire, sans pour autant éliminer la ségrégation dont elle est victime.
Il vaut mieux alors abandonner la logique minoritaire qui a guidé l’action féminine et féministe jusqu’à nos jours. L’idée d’une longue veille aux portes du Palais fédéral lancée à l’occasion de la Journée mondiale des femmes pour protester contre l’affront du 10 décembre montre à la fois le besoin de mobilisation et l’impuissance du mouvement. Il y a davantage de femmes que d’hommes en Suisse (53 contre 47%), et davantage de votantes que de votants; c’est le cas du canton de Vaud lors des derniers scrutins. Il n’est pas question de continuer de quémander un traitement d’égal à égal. Le nombre devient décisif via la confrontation électorale et démocratique.
Refusant des listes séparées, les femmes devraient quitter les partis et former un rassemblement nouveau. Celui-ci ferait campagne, se transformerait en lobby. Les femmes, comme les hommes, arpenteraient les palais et les couloirs, sillonneraient l’électorat, histoire de multiplier la présence féminine à l’Assemblée fédérale (25% de nos jours) ainsi que dans les administrations cantonales et communales. De fil en aiguille, le Conseil fédéral, selon la règle de la proportionnalité chère à l’UDC, devra accueillir au moins trois femmes.
Pourquoi interdire au sexe ce qui est permis à l’intérêt économique ou à l’utopie écologique? En un mot, devenir le moteur de l’action politique et de la conquête du pouvoir.

L’activité politique :un exercice difficile très gratifiant pour les femmes qui s’engagent
En examinant les logiques d’engagement des femmes dans la politique locale et les conceptions qu’elles s’en font, l’enquête sociologique que nous venons de terminer montre qu’au-delà des nombreuses difficultés rencontrées, les femmes valorisent plutôt positivement leur activité politicienne. ( ?) Notre enquête a mis en évidence que cette activité procure aussi un certain nombre de «rétributions» ou de bénéfices personnels, matériels et symboliques. ( ?)
En réalité, on peut dire que si l’engagement des femmes en politique apporte beaucoup à la société parce qu’elles soutiennent par exemple des objets et des débats sociaux parfois un peu délaissés (comme l’assurance maternité, la garde des enfants, l’égalité des salaires), cet engagement leur apporte également beaucoup en retour, sur un plan personnel. ( ?) Les résultats de notre enquête, du moins une partie d’entre eux:, portent au fond un regard «optimiste» (mais pas illusoire ni «enchanté», au sens sociologique) sur l’expérience individuelle de nos enquêtées, alors que la situation générale de la représentation féminine ne présente certes rien de réjouissant, ni en Valais, ni en Suisse.

Claudia Dubuis, sociologue et anthropologue

Claudia Dubuis (avec P. Gottraux et G. Bender), Les femmes et l’engagement politique local. Une enquête dans le district de Martigny. Sion, Haute Ecole Santé Social, 2003.

Extraits tirés d’un article paru dans Le Peuple valaisan du 27
février 2004. www.lepeuple.ch

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1143
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1143 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.