Mode lecture icon print Imprimer

Journées cinématographiques : L’illusion du cinéma suisse

icone auteur icone calendrier 30 janvier 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Le cinéma suisse se prête au débat, à la polémique. Tout le monde lui veut du bien, quitte à s’étriper sur la méthode. Les associations foisonnent d’une rive à l’autre de la Sarine. Dernière en date l’Alliance cinématographique romande – réunissant Fonction cinéma et l’Association romande du cinéma (ARC) – lancée à Soleure cette année, qui exige une augmentation des crédits pour le cinéma. Ce n’est pas nouveau. Et c’est très romand. Cette façon d’insister sur l’identité nationale, de revendiquer les subventions de l’Etat, d’organiser une contestation permanente excite les cinéastes francophones. Les Alémaniques penchent vers la production. Ils profitent largement des opportunités offertes par le marché audiovisuel suisse et européen. Déçus par l’aide publique, ils cherchent leur salut ailleurs. Ils occupent les salles et attirent les spectateurs. La fiction, au risque de la comédie, cartonne au box office. Achtung, fertig, Charlie ! de Mike Eschmann fait un malheur sans se prendre la tête (bientôt 600 000 spectateurs).
Le cinéma suisse se partage ainsi au moins en deux mondes. L’un plutôt tourné vers l’art et l’essai avec l’assistance décisive de l’Etat. L’autre, un rien plus commercial, se laisse séduire par les avantages de l’industrie. Le succès public l’attire autant que le soutien critique. On rencontre davantage le premier entre Lausanne et Genève. Le deuxième sévit souvent du côté de Zurich. La caricature a son lot d’exceptions. Interrogés par 24 heures, quelques cinéastes romands insistent sur la nécessité de présenter leurs films dans les salles des grands exploitants, genre Europlex. La trajectoire de Samir, réalisateur et producteur zurichois, à la tête de la société Dschoint Ventschr, l’une des plus originales du pays, plaide a contrario pour un cinéma d’auteur, engagé et revendicateur bien vivant également en Suisse alémanique.
Ce partage, au lieu de le galvaniser, menace le cinéma suisse, faute de communication entre ces deux univers. Les films quittent rarement leur bassin d’origine. Ils tournent en rond chez eux avant de disparaître, après un dernier adieu à Soleure. Voilà pourquoi il est illusoire de parler au nom du cinéma suisse. Il y a des films suisses, résultats d’un montage financier et artistique chaque fois singulier, voire précaire. En dépit des efforts pour maîtriser l’élan centripète des créateurs du pays ainsi que la frilosité des structures et des institutions.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1139
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1139 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.