Mode lecture icon print Imprimer

L’architecture de la déambulation

Le «Learning Center» de l’EPFL, paradoxe d’une architecture de luxe qui réinvente la pente

Learning CenterUne construction publique, par sa visibilité, rend compte de l’utilisation de l’argent investi. L’édifice remplit une fonction: enseigner, administrer, soigner; il est donc exposé à une épreuve de vérification. Mais il témoigne aussi par son style. Quelle est l’esthétique de son époque? Il la contredit ou la renforce, c’est selon. Dès son inauguration, il va vieillir, bien ou mal. Il est une date.
 
Tel le Learning Center de l’Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL). Jusqu’à ce jour, l’EPFL se distinguait sur le terrain par un ensemble de bâtiments denses, hauts, gris métalliques. Il y avait adéquation usinière entre les lieux de formation et les lieux de production.

Restait à aménager son «jardin». Espace de détente, de rencontre et d’étude – la bibliothèque, dont la dotation (500’000 livres) impressionne, devant y trouver place.
 
Ce bâtiment a fait l’objet d’un concours restreint, de très haut niveau, sur appel à des architectes internationalement connus.

Le jury, en portant son choix sur le projet de Kazujo Sejima et Ryue Nishizawa (bureau SANAA), a tranché nettement. Car sur ce terrain, orienté sud, l’idée première était de prendre de la hauteur pour installer un «balcon» avec vue sur le lac et la Dent d’Oche. Seuls les architectes japonais ont choisi un parti contraire: couvrir une bonne partie de l’espace d’un voile de béton, troué de points de lumière, créant des patios plutôt que des espaces gazonnés, développant ce que l’on pourrait appeler une architecture horizontale.
 
Tout sur rez

Construire en hauteur ce n’est pas seulement rentabiliser le sol en multipliant la surface disponible, c’est une affirmation d’orgueil créateur: s’inscrire plein ciel. L’architecture d’horizontalité (proche de l’urbanisme) a été réservée à l’aménagement de lieux de rencontre : marchés couverts, grenettes, cloîtres, portiques, ou appliquée à des construction qui se devaient d’être humbles et respectueuses devant la beauté du site.
 
Par rapport à ces références, le Learning Center ajoute une variante absolument originale: un bâtiment d’un seul tenant, dont les espaces en hauteur et en surface sont liés sans axe régulateur, sans cloisons, sans escaliers, mais unis par des pentes, des courbes. Le bâtiment, même s’il ne s’inscrit pas dans la hauteur, est toutefois décollé du sol par des voûtes puissantes.
 
Pentes

L’absorption des niveaux et des corridors oblige à recourir à la pente pour assurer la circulation d’un point à l’autre.

Architecturalement, c’est l’expérience la plus novatrice. A rebours des constructions ordinaires, par étages, assurant une utilisation plane du sol. Au Learning Center il faut parfois, pour récupérer une surface meublable, créer par une planche-muret une «terrasse». L’ascenseur incliné illustre cette contrainte, dévoreuse d’espace.
 
Mais la pente, de fait, donne tout son sens à la circulation. Elle rend possible le déambulatoire, car elle joue avec la lumière, partout présente. Les «passants» sont vus en silhouette, en vue plongeante, à contre-champ. Ils ne sont plus une cohue, ils sont des individus en mouvement, naturellement mis en scène. L’utilisation de la pente est l’apport historique à l’architecture moderne du Learning Center.
 
Le vote

Il reste à faire vivre ce bâtiment, la fréquentation de la bibliothèque étant déjà assurée de 7h à 24h, sept jours sur sept! Mais l’animation des espaces ne se décrète pas. Seuls les utilisateurs décident s’ils les font leurs. Ce bâtiment de grand luxe dans l’occupation du sol va commencer à vivre. Il attend le vote des usagers.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10325
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10325 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    R. lecoultre says:

    En effet, reste à voir si les étudiants adopteront les lieux. Une chose qui a été adoptée sans la moindre réticence par les autorités, les journalistes, toutes ces magnifiques élites d’un canton officiellement francophone et jusqu’il y a peu fier de l’être, c’est le nom barbare et putassier du bâtiment. Est-ce pour honorer ses architectes japonais ou ses élèves argentins qu’on lui donne un tel nom? Est-ce que chaque nouveau bâtiment officiel devra désormais afficher la marque qui a baillé quelques millions, de sorte que nous aurons bientôt un théâtre Toyota, pardon, un Toyota Playhouse, une piscine Danone, ou plutôt une Danone Swimming Pool, et le reste à l’avenant. On n’arrête pas le progrès ni la prostitution.

Les commentaires sont fermés.