Mode lecture icon print Imprimer

Votations: il n’y avait pas que les minarets et autres sujets fédéraux

Les citoyens des cantons et des villes ont pris ce dimanche des options importantes pour leur avenir – et  indirectement pour celui de toute la Suisse. Bref survol

icone auteur icone calendrier 29 novembre 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Investissements dans le rail et la route

Le peuple de deux cantons a confirmé sa volonté d’investir dans le chemin de fer. Les Genevois ont approuvé un crédit complémentaire de 113 millions pour la construction de la ligne transfrontalière du CEVA et les Lucernois ont décidé de mettre 20 millions à titre de préfinancement pour l’aménagement d’une nouvelle gare en profondeur – solution analogue à celle trouvée à Zurich, autre grande gare en cul de sac.

La route a aussi eu ses deux cadeaux: 22 millions votés à Genève pour la traversée couverte de Vésenaz et 201 milions accordés par les citoyens zougois pour la tangente Zoug-Baar, une autoroute à quatre pistes de 3,4 km comprenant un tunnel de 370 mètres, dont la mise en service est attendue pour 2020.
 
Constructions en hauteur et géothermie en profondeur

Grande ville aux rares tours, Zurich devrait enfin pouvoir se construire davantage en hauteur. A une majorité de 71,5%, les citoyens de la métropole ont rejeté une initiative des Démocrates suisses tendant à limiter à 40 mètres – ou 13 étages – la hauteur des immeubles érigés en ville. Du coup, nombre de projets se trouvent débloqués.

Restant dans la verticalité mais s’occupant de géothermie en profondeur, les citoyens zurichois ont donné massivement leur accord au crédit pour la suite des études et éventuellement la construction d’une centrale. Les 19 millions prévus ne seront dépensés qu’au cas où les premiers sondages en cours, budgetisés à une vingtaine de millions, devaient s’avérer réellement prometteurs. Et permettraient une nouvelle avance vers le dépassement du nucléaire, objectif affirmé sur les bords de la Limmat. 

Energies cantonales

Près des deux tiers (64,8%) des Neuchâtelois ont dit non à la loi sur l’énergie votée par le Grand Conseil de la précédente législature et attaquée par un référendum appuyé par le nouveau Conseil d’Etat à majorité de droite. Pas de mesures contraignantes pour l’économie d’énergie dans les bâtiments privés, pas de société à 2000 Watts à l’horizon 2050 au plus tard.

De leur côté, les Schwyzois ont fidèlement suivi les consignes concordantes de leurs autorités, donnant une majorité de 67,8% à la nouvelle loi cantonale sur l’énergie, présentée comme contre-projet à une initiative populaire socialiste écartée par 53% des votants. Cinq millions de francs de subventions pour l’amélioration du rendement des chauffages devraient générer des investissements d’un montant plusieurs fois supérieur.

Consultés (au sens non décisionnaire du terme) à propos de la levée de la limitation dans le temps de l’autorisation d’exploiter la centrale nucléaire de Mühleberg, mise en service en 1972, les Vaudois ont désavoué leur gouvernement et suivi le Grand Conseil: 64,4% des votants ont donc refusé la prolongation indéfinie d’une usine conçue dans les années 60 et qui donne d’inquiétants signes de fatigue. Vote sans appel ni effet direct, qui devrait pourtant faire réfléchir du côté du département Leuenberger et chez les grands stratèges de l’approvisionnement en électricité.

Restructurations intracantonales

Après avoir fusionné ses communes politiques par dizaines, le canton de Thurgovie réduit de 8 à 5 le nombre de ses districts. Ainsi l’ont décidé 61,8% des votants. Cette moyenne cantonale n’est de loin pas atteinte dans les trois districts destinés à disparaître, qui disent un petit oui (Bischofzell au sud) ou carrément non à la restructuration prévue (Diessenhofen et Steckborn au nord, sur la frontière avec l’Allemagne).

Avec l’union de sept communes sous le nom de Vully-les-Lacs approuvée par une forte majorité des corps électoraux, le processus de fusion s’accélère dans le canton de Vaud. Après seulement dix disparitions entre 1999 et 2008, quatre projets de fusions auront passé le cap des votations populaires dans la seule année 2009, qui provoqueront d’ici 2011 la diminution de 375 à 359 du nombre des communes vaudoises.
 
Majorité civique

Bien connue pour ses décisions catégoriques, la Landsgemeinde glaronnaise ne trouve pas son pareil dans les corps électoraux des autres cantons. Dans sa réunion du 6 mai 2007, elle a par exemple choisi d’abaisser la majorité civique à 16 ans, une option toujours unique en Suisse. Après les refus de Bâle-Ville en février et d’Uri en mai dernier, les citoyens bernois viennent de dire non, à trois contre un, au droit de vote à 16 ans – et d’éligibilité maintenu à 18 ans.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10249
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10249 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Pedro dal Fiüm says:

    Peut-être que le vote tessinois sur la réduction de l’imposition des entreprises aurait pu être mentionné, vu l’intérêt qui suscite le thème de la concurrence fiscale entre cantons.

Les commentaires sont fermés.