Mode lecture icon print Imprimer

Conformisme politique et boulet bancaire

Les difficultés d’UBS révèlent une dépendance pour l’économie suisse que la classe politique dominante refuse de prendre en compte

La crise financière a, paradoxalement, redoré les banques. Certes pas leur image (attrait du gain facile, spéculation à court terme, bonus injustifiés, etc.), mais leur fonction. Si elles n’assument plus la circulation du crédit, l’économie entière est paralysée. L’activité bancaire est donc d’intérêt public. Telle fut la démonstration.

Ce rôle majeur a entraîné l’intervention de l’Etat sous des formes diverses: nationalisation, recapitalisation avec l’argent public, assainissement du bilan par transfert des actifs toxiques. Mais, en échange, quelle garantie est donnée que, désormais, l’activité bancaire est sous contrôle?
 
Glass-Steagall

A été longuement évoquée aux USA l’opportunité de revenir à la loi Glass-Steagall qui interdisait à une banque de détail de mener des opérations de banque d’affaires. Votée à l’unanimité du Sénat et par 262 voix contre 19 à la Chambre des représentants, elle avait été adoptée en 1933 comme réponse à la crise. Battue en brèche par le lobby bancaire, elle ne fut abrogée qu’en 1999.

Les partisans de la loi faisaient valoir que l’activité bancaire de base – à savoir le drainage de l’épargne et l’alimentation du crédit – essentielle à la stabilité économique, ne devait pas être compromise par des investissements et des affaires à risque.

Les partisans de la banque universelle répondaient que la diversification des activités peut être une force et que, dans la pratique, la distinction entre les diverses formes de crédit est souvent artificielle.
 
Ce débat concerne la Suisse plus particulièrement. Les deux grandes banques UBS et Credit Suisse sont des banques universelles de taille mondiale mais qui ont aussi une implantation forte dans l’économie nationale. Les risques qu’elles prennent à l’international peuvent mettre en danger, fondamentalement, l’activité indigène. Un tel déséquilibre est une situation unique au monde.
 
Face à ce risque majeur, quelles précautions prendre? La question a été posée au Parlement par l’UDC et le parti socialiste. Elle a été renouvelée spectaculairement par une conférence de presse, au casting insolite, réunissant MM. Blocher, Hayek, Levrat.
 
Pour quelle réponse? La Banque nationale a fait connaître avec prudence sa préoccupation et a laissé entendre que, sans déstructurer les deux grandes banques, on pourrait imaginer une configuration plus souple. La Finma a confirmé qu’elle imposerait des fonds propres exceptionnels à la hauteur des risques courus par les activités de banque d’affaires. Mais l’intervention directe de l’Etat se limitera au sauvetage coûteux d’UBS, dont on peut douter, au vu des derniers comptes, qu’il soit définitivement assuré. La vulnérabilité de l’économie suisse demeure.
 
Rupture

Limiter les dégâts, c’est la politique de la classe dominante et du Conseil fédéral. Aucun signe de rupture avec les pratiques antérieures, usuelles. Kaspar Villiger, ancien président de la Confédération et président en fonction du Conseil d’administration d’UBS symbolise cette continuité.
 
Des gestes significatifs de rupture sont pourtant possibles. Nous en avons proposé dans DP: plainte pénale contre les anciens dirigeants d’UBS, nouvelle interprétation du secret bancaire appliquée aux contribuables suisses, renouvellement et réorganisation du Conseil fédéral.
 
L’avantage de la présidence tournante du Conseil fédéral, c’est qu’une fois le tour accompli, le titulaire est éjecté sans douleur, constitutionnellement. Hans-Rudolf Merz va descendre du char présidentiel, qu’il en profite pour quitter aussi le Conseil fédéral. Certes, renouvellement ne signifie pas nouvelle politique. Mais c’est l’occasion propice de dépasser le statu quo. A saisir donc.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10223
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10223 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Assez d’accord quand vous préconisez le retour au Glass Steagall Act et critiquez la politique de l’autruche du CF. (Mais pas d’accord avec le couplet sur la nécessaire repentance bancaire et fiscale.)

    En fait il aurait probablement mieux valu laisser UBS aller en faillite malgré les conséquences dramatiques, parce que le sauvetage d’UBS reviendra à la mort de la place financière suisse. Je recommande à M. Gavillet et aux lecteurs de DP un article de l’économiste marxiste Jean-Claude Paye que vous pourrez trouver en cliquant sur le lien suivant:

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15766

    Selon cet auteur, pour voler au secours d’UBS les autorités suisses ont accepté de se prostituer en acceptant qu’UBS se fasse indic du fisc US, ce grand prédateur aux abois et prêt à tout pour tenter de sauver l’impérialisme américain qu’est l’hégémonie du dollar. Il faut lire cet article qui est effrayant de lucidité.

    Une mesure que la Suisse aurait du appliquer depuis longtemps aurait été d’interdire à toute banque suisse qui prétend faire de la gestion de fortune d’avoir la moindre succcursale dans tout pays d’origine d’une partie seulement de sa clientèle, et surtout dans des pays de gangsters comme les USA. Ainsi on aurait évité la fatale dépendance envers ce pays, qui permet à Oncle Sam de mettre au chantage la Suisse entière pour la contraindre à tout lâcher de ce qui a fait la prospérité de sa place financière et donc de sa population.

    L’UBS et les autres grandes banques sont vulnérables parce qu’elles ont trop d’intérêts aux USA pays où elles ne peuvent pas se permettre le retrait de leur licence bancaire.

    Les banquiers privés avaient compris cela depuis longtemps. Ils restaient chez eux à attendre leurs clients et n’étaient pas vulnérables. Hélas, maintenant que Merz a capitulé et lâché le secret bancaire, les banquiers privés en subissent les conséquence comme les autres.

    Vous avez tout à fait raison de demander le départ de Merz. En voilà un qui n’aura pas brillé!

    Quand on pense que cet homme de confiance de la famille Schmidheiny avait été nommé préciséement pour défendre les intérêts qu’il s’est empressé de brader.

  • 2
    R. Lecoultre says:

    Il faut bien constater que les futures places aux conseils d’administration sont de plus en plus chères.

Les commentaires sont fermés.