Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pas de conseiller fédéral pour Federer

La Suisse officielle ignore le plus grand sportif de tous les temps

Un événement exceptionnel au terme d’un match au scénario époustouflant. Roger Federer est devenu ce dimanche plus que ce qu’il était déjà soit le meilleur joueur de tennis de l’histoire. Sa 6ème victoire à Wimbledon, la 15ème en Grand Chelem font figurer le Bâlois au panthéon du sport. Quel autre que lui peut se targuer d’avoir dominé pareillement un sport qui n’est ni le biathlon ni le tir à l’arc pendant une si longue durée? L’immense champion se double d’un homme irréprochable en dehors du court, gentleman polyglotte bientôt père de famille. A tel point que ceux qui lui cherchent encore des poux n’ont que sa perfection à lui reprocher.

La Suisse officielle paraît empruntée devant ce joyau confédéral. Aucun représentant de la Confédération ne figurait entre Pete Sampras et John McEnroe dans la tribune du Centre Court. Le fantômatique Ueli Maurer n’a parlé de sports ce week-end que pour expliquer comment enfermer le plus rapidement possible les hooligans qui déferleraient dans les stades suisses. On ne comptera pas sa piteuse tentative de bras de fer contre Obama parmi les performances sportives. Il n’y avait aujourd’hui toujours pas trace d’un communiqué officiel – fût-ce un sobre message de félicitations – sur www.admin.ch pas plus que sur le site du canton d’origine du «maître».

On peut bien sûr se féliciter de l’absence de récupération politique, et du lien direct entre l’icône Roger et le public qui le vénère. Mais, l’identité nationale ne se construit pas seulement à coup de mythes, de repli sur soi et de lutte contre l’étranger. Lorsqu’à de rares exceptions tous les Suisses vibrent pour l’exploit de leur champion, c’est aussi un événément politique. L’affirmation que la Suisse peut exister une raquette à la main et gagner sur le court en se mesurant d’égal à égal à son adversaire, fût-il américain. Le Conseil fédéral a raté un point facile.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10157
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10157 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Parfaitement dénoncé: Maurer et le CF ont perdu plus qu’un tie-break

  • Il est déplorable à quel point certains politiciens ont une facilité basse à jouer sur les peurs et une difficulté déconcertante à élever leur niveau par quelques mots de respect et d’admiration sincère face à une représentation forte d’une Suisse gagnante, mais, et c’est là que le bas blesse sûrement,respectueuse de ses adversaires… étrangers !

  • Oui dommage, car roger federer est vraiment la fierté de tout un pays, et il méritait d’être reconnu comme tel par nos chers dirigeants…..

  • Ueli Maurer répondait pourtant au micro de la RSR le soir du sacre. La radio a fait croire qu’il se trouvait à Wimbledon. Illusion d’optique… Le silence de nos sept nains est lamentable. L’ambassadeur de Suisse en Grande-Bretagne était-il au match, au moins? Sur l’écran, en tout cas, il n’y en avait pas trace. Pauvre Suisse, pour une fois qu’un événement positif la mettait en évidence.

  • Je ne vous suis pas. Je trouve justement très appréciable qu’en Suisse les politiques ne croient pas devoir toujours se mêler de tout (contrairement à la presse d’ailleurs). Les Suisses aiment Roger Federer. C’est très bien comme ça. Ne nous inventons pas un problème. J’apprécie sinon toujours beaucoup vos articles et vous en remercie.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP