Mode lecture icon print Imprimer

L’eau suisse échappe à la gestion privée

Les villes contrôlent les robinets suisses

icone auteur icone calendrier 10 juin 2009 icone PDF DP 

Thématiques

La privatisation de la distribution de l’eau en Suisse est une controverse stérile et déconnectée de la réalité. C’est ce que  conclut Géraldine Pflieger dans l’étude L’eau des villes publiée aux Presses  polytechniques romandes. Détentrice de pouvoirs importants dans un Etat décentralisé, les villes ont pris en main les transformations dictées par l’urbanisation accélérée de la seconde partie du XIXe siècle. La découverte de la technique de distribution sous pression a contribué à créer les empires municipaux de gestion des eaux qui  font aujourd’hui partie de l’identité suisse. Seule exception, la ville de Zoug est desservie par la société privée Wasserwerk Zug AG. La négociation au sein de l’OMC sur la libéralisation des services englobant la distribution de l’eau a donc soulevé une vague de protestations. Le Conseil fédéral s’est alors senti contraint de ne rien céder sur l’eau (cf. DP 1641).

Le contraste est frappant avec la France voisine. La centralisation du pouvoir  ne laissant pratiquement aucune marge de manœuvre aux municipalités, l’Etat central a confié la création des réseaux d’adduction à de grandes sociétés privées. L’exemple du voisin français a, dans un premier temps, influencé la Suisse romande. Alors que les grandes villes alémaniques créaient leur réseau sous régime public, à Genève, les radicaux entendaient confier la concession à un privé français, la Société lyonnaise des eaux. Il a fallu, détail piquant, le renversement en 1882 de majorité en faveur des libéraux-conservateurs pour que la gestion des eaux soit confiée à la ville. Un scénario à peu près analogue s’est déroulé dans la capitale vaudoise. La société privée Lausanne-Ouchy  gérait les eaux à usage industriel alors qu’un autre privé, la SEAUL, obtenait le monopole de la distribution de l’eau de consommation. Après une épidémie de typhoïde provoquée par le mauvais état du réseau, les libéraux ont accusé la municipalité radicale de ne pas contrôler la situation. Ils ont obtenu, en 1901, la municipalisation de l’eau. La distribution de l’eau, couplée avec celle de l’électricité, permet de développer des entreprises puissantes qui contribuent généreusement au financement des villes.

Si la distribution publique de l’eau est  incontestée, son contrôle par les seules villes centre fait aujourd’hui problème. Car la gestion moderne de l’eau ne se conçoit plus que pour l’ensemble d’un bassin hydraulique, en intégrant la garantie de l’approvisionnement, la maîtrise de la consommation, la protection de l’environnement  La domination de la ville centre devrait donc laisser la place à une gestion régionalisée. C’est déjà le cas à Genève où le canton a de larges prérogatives. La réforme reste à faire en terre vaudoise. Elle crée la controverse. Dans le nord du canton, la création d’une société intercommunale fait resurgir la menace d’une privatisation dont personne ne veut.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10136
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10136 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Charlotte Robert says:

    Je ne serais pas aussi optimiste qu’Albert Tille dans son article. Si les Services Industriels en Suisse ont échappé à l’appétit des multinationales de l’eau, c’est en grande partie parce qu’ils constituaient des compagnies petites. Qui s’intéresse à la distribution de l’eau de Moudon ou de Corminboeuf? Avec la concentration des services de toute une région – ou à juste titre comme le dit l’auteur – de tout un bassin, nos Services Industriels deviennent beaucoup plus attractifs. Qui dit que dans une éventuelle négociation future de l’OMC, l’ouverture à la privatisation ne va pas toucher les services industriels? et que le choix ne pourra pas se faire dans l’absolu mais selon un marchandage qui mettra dans la balance différents services publics? Et la propriété des Services Industriels est beaucoup plus importante que la propriété de l’eau dans la perspective de continuer à assurer ce service public à tous, efficacement et à un prix raisonnable. J’espère vivement que l’avenir donnera raison à Albert Tille mais nous devons rester très vigilants.

Les commentaires sont fermés.