Mode lecture icon print Imprimer

Les agissements de Laxey Partners en Suisse

Un bras de fer financier à suivre dans l’industrie de la construction

icone auteur icone calendrier 6 juin 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Laxey Partners est entré dans l’actionnariat d’Implenia à la faveur d’une OPA dite inamicale. Pour mémoire, Implenia est l’entreprise la plus importante des secteurs de la construction et de l’immobilier en Suisse. Née de la fusion de Zschokke et Batigroup, elle emploie 6’000 salariés. Les dirigeants d’Implenia sont inquiets de cette manœuvre qu’ils tentent de contrer. Jusqu’à aujourd’hui ils y sont parvenus par le biais d’actions en justice. En mars 2008, la Commission fédérale des banques a constaté que Laxey Partners avait violé l’obligation de déclarer ses acquisitions d’actions. Elle a porté plainte auprès du département fédéral des finances et donné ainsi raison à Implenia. Un jugement confirmé en décembre dernier par le Tribunal administratif fédéral. Mais le bras de fer se poursuit. Laxey Partners ne donne toujours pas de réponse à la proposition d’Implenia de rachat des actions en sa possession.

A Implenia, du haut en bas de la hiérarchie, personne n’a oublié le rôle de Laxey Partners dans les difficultés de Swissmetal et de Saurer. En 2006, alors qu’il était devenu un an plus tôt le plus gros actionnaire de cette entreprise de machines textiles, Laxey Partners avait déclaré qu’il s’engageait à long terme. Cela quelques jours seulement avant la revente de Saurer à Oerlikon qui lui avait permis d’encaisser le pactole d’une plus-value de 40%.

Plusieurs scénarios de dépeçage d’Implenia sont prêtés à Laxey Partners:

  • Le secteur «tunnel» est vendu à la Bau Holding Strabag AG, une entreprise concurrente ayant son siège en Autriche.
  • Le secteur «bâtiment» est cédé au groupe Bouygues.
  • Le secteur «immobilier» est vendu à l’une des nombreuses firmes de l’immobilier spéculatif international.

Ces tribulations sont à suivre. Plusieurs observateurs du monde des affaires ont lié la démission surprenante du patron d’Implenia, Werner Karlen, le 6 avril, deux mois seulement après sa nomination, aux manœuvres de Laxey Partners. Les syndicats, Unia notamment, ont manifesté leur inquiétude quant à l’avenir de l’entreprise.

P.S. Un lecteur m’a fait remarquer que les hedge funds (fonds alternatifs ou spéculatifs) ne sont pas des prédateurs d’entreprises, un qualificatif qu’il faudrait réserver aux private equity funds (fonds de capital investissement). Mais dans ce domaine, les définitions sont pour le moins floues. Laxey Partners, dont il est question dans cet article, est

  • un private equity fund pour Martin Hellweg de Swissmetal.
  • un «hedge fund» avec guillemets pour le Moniteur européen.
  • un hedge fund sans guillemets pour Jusletter.
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10134
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10134 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.