Mode lecture icon print Imprimer

A défaut d’un remaniement ministériel, une succession symbolique

La succession Couchepin devrait être plus qu’un derby entre partis bourgeois, PLR et PDC

icone auteur icone calendrier 25 mai 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Nous ne cultivons pas, à DP, le genre faiseur de roi dont se délectent les grands médias. Nous ne prétendons pas au titre, sinon au pouvoir, de Grand Electeur du Conseil fédéral. Mais les circonstances ne sont pas ordinaires. La crise financière et économique, selon ses développements, exigera peut-être des mesures de salut public. Et, incontestablement, l’image internationale de la Suisse s’est détériorée. Les colossaux déficits entraînés par les plans de relance, de prise en charge de crédits «illiquides» obligeront les pays surendettés à prélever des impôts alourdis. Donc à être plus exigeants envers les fraudeurs et ceux qui, comme la Suisse, les accueillent. A ce tableau général s’ajoute, scandaleux et, à ce jour impuni, le comportement flibustier d’UBS.

Nouvelle équipe

Pour corriger l’image, faire une nouvelle politique sans être marqué par les responsabilités passées, on devrait mettre en place et au pouvoir une équipe neuve. Son programme, plus moral que politique, celui de la «loyauté compétitive» (DP 1818). Il signifie que les avantages concurrentiels que nous obtenons, pour notre place financière en particulier, découlent exclusivement de la qualité des services et non pas d’avantages spécieux. Etre les meilleurs, sans dopage!

Mais le remaniement ministériel au sens fort du terme qu’impliquerait ce new deal n’est pas, en Suisse, constitutionnellement possible. Et pourtant. On sait que le départ de Pascal Couchepin est latent sinon annoncé. Or, quand il sera public, les données partisanes vont obscurcir le débat. Au lieu d’une réponse à la question essentielle – comment donner à la Suisse une autre raison d’être – on assistera au derby bourgeois PDC contre PLR.

Occasion manquée

La reconquête de son deuxième siège, le PDC n’a pas pu, n’a pas osé la lancer contre l’UDC en jouant Urs Schwaller contre Christoph Blocher. Il a confondu le consensus arithmétique (deux sièges à l’UDC) avec le consensus gouvernemental. Désormais les deux sièges UDC étant repourvus, dont l’un à son insu, malgré lui, le deuxième siège PDC ne pourra se gagner qu’au détriment du radical.

La gauche peut, provisoirement, en attendre une adaptation de la politique du PDC. Christophe Darbellay, qui a des prétentions pour le poste, ne recueillera pas une seule voix UDC, qui jamais ne lui pardonnera son rôle actif dans l’éviction de Blocher. Il est dès lors dans l’obligation d’infléchir son action vers la gauche et les Verts. Ce qui est déjà perceptible. Mais d’un intérêt anecdotique.

Sans intrigue

Le renouveau, à défaut d’une équipe remaniée en profondeur, ne peut venir que d’une candidature qui s’impose sans manœuvre de coulisse. Isabelle Chassot, dont le nom est quelquefois évoqué, aurait les qualités, la compétence, l’autorité de la fonction. De surcroît, elle symboliserait un renouveau du gouvernement fédéral.

Par son action dans son canton et comme présidente de la Conférence des chefs de l’instruction publique, elle est connue et respectée bien au-delà des frontières cantonales de Fribourg. Elle joint à l’expérience de gestionnaire efficace la qualité de n’être pas engagée dans la politique antérieure, de pouvoir symboliser la «loyauté compétitive».

Pour l’instant, puisse-t-elle accepter d’être simplement en réserve de la République!

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10125
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10125 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    curieux says:

    C’est très curieux ce que vous dites là. Pour ma part je n’ai remarqué aucun signal envoyé par Christophe Darbellay, tout de même chef du parti PDC, indiquant un infléchissement vers la gauche.

    J’ai noté au contraire une déclaration très révélatrice de sa part, dans le débat sur le secret bancaire. Il a déclaré que si les pays anglo saxons ne donnent pas la réciprocité, c’est à dire ne font pas de sacrifice symétrique à celui consenti par M. Merz, en faisant la transparence dans leurs paradis fiscaux à eux (ce dont tout le monde sait qu’ils ne le feront jamais!) alors il conviendrait de revenir sur les promesses d’étendre l’entraide administrative à la soustraction fiscale.

    Il s’agit là d’une prise de position dure, de la part d’un président de parti, qui montre que ce Rastignac va prendre ses ordres auprès des milieux bancaires jusqu’auboutistes.D’ailleurs on le sait, ce petit arriviste est tout dévoué aux intérêts du gros argent, bancaire comme chimique.

    Donc je me demande comment vous pouvez imaginer que le PDC puisse jouer la carte de ce que vous appelez la « loyauté compétitive ».

Les commentaires sont fermés.