Mode lecture icon print Imprimer

Droit d’asile: nouveau durcissement, nouvel échec programmé

Cette enième révision ne fait que déplacer des problèmes qui appellent une solution internationale

icone auteur icone calendrier 17 avril 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Que dire d’une loi constamment remise sur le métier et dont l’impact ne satisfait personne? Qu’il s’agit d’une mauvaise loi, fruit d’une analyse erronée et préconisant des mesures inadaptées.

La loi sur l’asile date de 1989. Révisée à de multiples reprises – de fond en comble en 1999 –, elle n’a jamais donné satisfaction. Le constant durcissement des conditions d’accueil et des procédures n’a guère impressionné les requérants dont le nombre varie surtout en fonction des situations de crise – politique, alimentaire ou autre. L’opinion publique reste très sensible aux abus réels ou supposés du droit d’asile, aux délits commis par une minorité de requérants et à l’augmentation épisodique du nombre de demandes. Sur ce terreau favorable, l’UDC peut jouer sa partition, conjuguant la faiblesse des autorités et le péril étranger. Echouant régulièrement à faire approuver par le peuple ses initiatives ouvertement xénophobes, la formation nationaliste parvient pourtant à contaminer gouvernement et Parlement. D’où cette gesticulation périodique et rituelle de la révision, censée rassurer l’opinion. Un rituel qui, à défaut d’apporter une solution au problème de l’asile, péjore à chaque fois les conditions de vie des requérants.

La présente révision ne fait pas exception à la règle. Ferme dans le propos, elle ne fait que déplacer les problèmes. Le refus d’enregistrer les demandes d’asile dans les ambassades ne fera qu’encourager les intéressés à pénétrer clandestinement en Suisse; et rayer l’objection de conscience et la désertion de la liste des motifs donnant droit au statut de réfugié n’empêchera pas les Erythréens de rester dans notre pays en raison des risques qu’ils encourent dans leur pays. Quant à l’expulsion des étrangers délinquants, elle est possible et pratiquée aujourd’hui déjà.

Inutile de serrer une vis sans fin. Dans ce vain jeu de cache-cache réglementaire, la réalité se charge toujours de trouver la faille ou le contournement. Alors autant regarder cette réalité en face et admettre que le problème réside ailleurs que dans les abus. Le phénomène migratoire résulte des foyers de tensions présents dans le monde et des inégalités criantes entre les habitants de la planète. Les suggestions que nous faisions il y a quatre ans restent valables (DP 1639). Ce problème exige une solution internationale, par exemple déléguer au seul Haut commissariat pour les réfugiés le soin de conférer le statut de réfugié; puis prise en charge par les Etats d’un contingent annuel de réfugiés reconnus. Pour le surplus, la situation sur le marché du travail helvétique doit dicter une politique migratoire ciblée. De sorte que cesse le jeu hypocrite consistant à proclamer la clôture des frontières tout en tolérant la présence de travailleurs clandestins souvent traités de manière indigne.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10098
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10098 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Sauf erreur, le peuple à adopté à une majorité des deux tiers une loi sur l’asile préparée par le Conseiller fédéral Blocher. Même si cette loi déplaît à certain cela devrait donc régler la question et il suffit de s’y tenir.

    Ou alors, on n’y comprend plus rien.

Les commentaires sont fermés.