Mode lecture icon print Imprimer

Pour en finir avec le bricolage du deuxième pilier

Au-delà du taux de conversion en rente, c’est la place de la prévoyance professionnelle par rapport à l’AVS qu’il faut revoir

icone auteur icone calendrier 31 décembre 2008 icone PDF DP 

Thématiques

Le parti suisse du travail, appuyé par le syndicat Unia, a annoncé le lancement d’un référendum contre l’abaissement du taux de conversion des avoirs du deuxième pilier. Une réaction populiste qui traduit le refus de prendre en compte l’évolution de l’espérance de vie et la situation des marchés financiers, ou l’occasion de mettre de l’ordre dans un dossier à 600 milliards de francs géré de manière opaque et pas toujours à l’avantage des assurés?

En effet, la gestion globale des avoirs du deuxième pilier s’apparente à un pilotage sans visibilité, par tâtonnements, approximations et compromis. La détermination du taux de conversion – le taux qui permet de fixer le montant de la rente en fonction du capital épargné – et du taux minimum de rémunération des avoirs illustre à intervalles réguliers le bricolage auquel s’adonnent les autorités (DP 1732).

La première révision de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle (LPP), adoptée en 2003, est entrée en vigueur le 1er janvier 2005. Elle abaissait progressivement, en dix ans, le taux de conversion de 7,1 (7,2 pour les femmes) à 6,8%. Pour éviter une baisse trop importante des rentes, le capital accumulé devait être augmenté par une mesure qui permettait du même coup une meilleure intégration des femmes dans la prévoyance professionnelle. C’est donc en 2015 que l’objectif d’un taux minimum de 6,8 devait être atteint. En 2011, un rapport, le premier d’une série qui devait être présentée tous les dix ans, devait donner des bases plus solides pour apprécier les évolutions futures et élaborer des propositions nouvelles. Mais bousculant ce calendrier avec une hâte surprenante et bien mal fondée, le Conseil fédéral a proposé en novembre 2006 déjà non seulement d’accélérer le mouvement à la baisse, mais encore d’aller d’emblée bien au-delà: il voulait atteindre un taux minimum de 6,4% au 1er janvier 2011. Lors de la dernière session d’hiver, le Parlement a bien adopté le taux de 6,4%, à atteindre dans les cinq ans suivant l’entrée en vigueur de la révision: soit vraisemblablement au 1er janvier 2015 seulement. Ces chiffres sont loin d’être anodins puisqu’une diminution du taux de conversion de 0,5% représente une baisse de 8% de la rente. Dire que l’objectif de la poursuite du niveau de vie serait maintenu apparaît pour le moins problématique.

Une même opacité préside à la fixation du taux minimum de rémunération des avoirs par le Conseil fédéral. De 2,75% en 2008, il passera à 2% en 2009. Normal, pourrait-on croire, au vu de la dégringolade des marchés financiers. Etrange pourtant quand on se souvient que ce taux n’était que de 2,5% en 2005. Ce yoyo ne correspond pas à la réalité des rendements des placements, ni sur le court terme, ni surtout sur le long terme.
 
Le premier pas rapide d’une réforme indispensable consisterait à adopter des formules claires et transparentes pour l’adaptation des taux. Notamment en tablant sur le long terme et non sur des adaptations au jour le jour pour ce qui est du taux de rémunération.

Le deuxième pas conduirait à ne plus agréer que les fondations indépendantes, caisses des grandes entreprises et caisses interprofessionnelles. Donc à supprimer les fondations collectives liées à des sociétés d’assurance privées. Ces sociétés d’assurance qui font pression pour des taux à la baisse, de manière à optimiser leurs bénéfices (DP 1793).

Plus fondamentalement, le troisième pas devrait ouvrir une réflexion sur l’impact de l’épargne du deuxième pilier sur l’économie. Cette thésaurisation imposée aux salariés ne met-elle pas sur le marché un volume de liquidités à placer et donc des exigences de rendement propres à stimuler les crises financières? Ne serait-il pas temps de trouver un nouvel équilibre entre le premier et le deuxième pilier? Un renforcement de l’AVS au détriment de la prévoyance professionnelle permettrait de mieux couvrir les besoins des retraités.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10020
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10020 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Roby Tschopp says:

    Compliments pour ce résumé clair et pertinent de la situation du deuxième pilier.

    Je souhaite donner un complément à propos du troisième pas évoqué: le Professeur Dembinski, animateur de l’Observatoire de la Finance, tire depuis quelques temps la sonnette d’alarme à propos des bulles d’épargne engendrées par le système de prévoyance par thésaurisation.

Les commentaires sont fermés.